•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rider Express reprend des services abandonnés par Greyhound dans l’Ouest

Un autocar de Rider Express. Il est noir et l'écriture est verte.

Rider Express est une entreprise de Regina, en Saskatchewan. Elle reprend certains services abandonnés par Greyhound.

Photo : Colin Hall/CBC

Radio-Canada

L'entreprise Rider Express reprend des services de transport par autocar abandonnés par Greyhound dans l'ouest du pays, à compter de lundi prochain.

Elle envisage d'offrir la liaison entre Vancouver et Winnipeg, le 29 octobre, juste avant la fin des services de Greyhound, prévue le 31 octobre.

Greyhound avait annoncé en juillet qu'elle cesserait de desservir l'Ouest canadien. Le seul trajet épargné par cette décision est celui entre Vancouver et Seattle, aux États-Unis.

Rider Express détermine actuellement où elle prendra et déposera les passagers. Elle doit aussi mettre à jour les informations sur son site Internet au sujet de ses services et de ses tarifs.

« Nous travaillons fort pour que les services soient prêts. Si tout va bien, nous serons prêts », explique le propriétaire de l’entreprise, Firat Uray.

Moins d’arrêts

Rider Express possède six autocars capables de transporter 55 passagers. Deux d'entre eux doivent faire la route entre Calgary et Vancouver et un autre fera le trajet entre Calgary et Winnipeg, sept jours sur sept.

Pour rentabiliser ses trajets et être plus rapide, Rider Express ne s’arrêtera pas systématiquement entre la ville de départ et celle d’arrivée.

« Pour le trajet Calgary-Vancouver, les bus s'arrêteront juste à Kamloops, sauf si des passagers ont réservé une place pour embarquer dans le bus dans une plus petite ville sur le trajet. Autrement il n’y aura pas de stop », a précisé M. Uray.

En fait, ce nouveau service d’autocar sera surtout profitable aux grandes villes, plutôt qu’aux municipalités éloignées, pense Marcel Micheals, le maire de Hinton.

« Connecter notre province avec d’autres provinces ou avec les centres majeurs en Alberta, ça c’est une bonne affaire », commence-t-il. « Mais il y a beaucoup de gens à Hinton qui ont leur famille ou des amis à Edmonton [...] Il y a aussi des personnes avec des besoins médicaux [...] qu’on n’offre pas ici à Hinton », ajoute-t-il en illustrant des cas où ses concitoyens dépendent du service de transport en commun.

Côté prix, la tarification devrait être semblable à celle offerte par Greyhound, mais M. Uray affirme qu’il s’agit d’un test pour voir si le modèle est viable. Les prix pourraient donc augmenter. Il ajoute qu'il faut de 15 à 20 passagers dans les autocars pour que les trajets soient rentables. Selon lui, les stations d’embarquement et de débarquement seront plus petites et coûteront moins cher à l’entreprise.

La tarification doit être semblable à celle offerte par Greyhound, mais M. Uray affirme qu’il s’agit d’un test pour voir si le modèle est viable. Les prix pourraient donc augmenter. Il ajoute qu'il faut de 15 à 20 passagers dans les autocars pour que les trajets soient rentables.

D'anciens chauffeurs de Greyhound ont également été embauchés pour conduire les autocars. Les véhicules offriront le wi-fi, un système de divertissement vidéo et de l’eau.

Le trajet entre Vancouver et Calgary doit durer 12 heures, car les autocars feront des arrêts moins fréquents, selon Rider Express.

Avec des informations de Colin Hall, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Transports