•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa s'engage à ouvrir plus de bureaux bilingues, mais pas avant 2023

Scott Brison et Mélanie Joly le 17 novembre 2016.

Scott Brison et Mélanie Joly s'étaient engagés en 2016 à proposer des modifications au Règlement sur les langues officielles.

Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

Radio-Canada

Ottawa a présenté des modifications au Règlement sur les langues officielles, jeudi. Il faudra toutefois attendre cinq ans pour juger des effets de la majorité de ces annonces sur l'offre de services bilingues au pays.

Un texte de Frédéric Wolf

Le gouvernement annonce que 600 bureaux nouvellement désignés comme étant bilingues offriront des services partout au pays.

Cependant, ces bureaux n’ouvriront pas avant 2023. Pour déterminer où les services sont nécessaires, Ottawa compte baser ses décisions sur les données du recensement de 2021.

Ça veut dire un plus grand nombre de services dans les deux langues officielles dans les organismes de développement économique régionaux, de la Banque de développement du Canada et dans les centres de services de Service Canada, précise la ministre du Tourisme, Mélanie Joly, qui a procédé à l’annonce en compagnie du président du Conseil du Trésor, Scott Brison.

Mélanie Joly et Scott Brison.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mélanie Joly et Scott Brison (à gauche) procèdent à l'annonce, jeudi.

Photo : Radio-Canada

Davantage de services dans les aéroports et les gares

De plus, tous les aéroports et toutes les gares des capitales provinciales du pays seront à l’avenir tenus d’offrir des services dans les deux langues officielles.

Le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, chiffre l'investissement nécessaire à 70 millions de dollars.

La mise en œuvre est vraiment importante, a expliqué M. Brison, pressé de justifier le délai avant l’ouverture de ces bureaux. Le ministre insiste sur la nécessité de bien faire les choses et de pouvoir baser les décisions du fédéral sur les données de recensement les plus à jour possible.

Ne sous-estimez pas le temps que cela prend pour correctement mettre en place ces changements, souligne Scott Brison. De prendre le temps de bien mettre en œuvre ces changements vaut vraiment l’attente.

Tous les services actuels sont maintenus, insiste de son côté la ministre Joly. Un moratoire existe pour empêcher une réduction des services bilingues, précise M. Brison.

Le gouvernement fédéral estime que le pourcentage de points de service fédéraux bilingues passera de 34 % à près de 40 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique