•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chiffres pour comprendre la crise des ambulances au N.-B.

Un rapport du gouvernement du N.-B. révèle que plusieurs postes sont vacants chez Ambulance Nouveau-Brunswick.

Un rapport du gouvernement du N.-B. révèle que plusieurs postes sont vacants chez Ambulance Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les performances d'Ambulance Nouveau-Brunswick (ANB) sont dévoilé dans un rapport provincial. Plus de dix ans après la signature d'un contrat avec l'entreprise privée Medavie, le document commandé par le ministère de la Santé révèle que plusieurs postes sont vacants et que les délais de réponses lors des appels d'urgences ne répondent pas en tout temps aux normes de conformités.

Un texte de Wildinette Paul

Près de 980 ambulanciers travaillent actuellement pour ANB. Seulement le tiers d'entre eux sont bilingues.

Pourtant, la moitié des ambulanciers au Nouveau-Brunswick devrait être en mesure d’offrir un service à la population dans les deux langues officielles, selon les standards d'ANB.

Des postes bilingues vacants

Un peu plus de 100 postes permanents à ANB sont vacants. Ceux désignés bilingues s’y retrouvent en plus forte proportion.

Entre 50 et 60 de ces postes bilingues sont temporairement pourvus par des travailleurs unilingues, souligne le rapport. Des ambulanciers occupent ces postes selon un cycle récurrent de 24 semaines.

De nombreuses absences

Les travailleurs paramédicaux se sont absentés plus de 43 000 heures des mois d’avril à juin 2018 en raison de blessures physiques et mentales subies au travail. Pour cette même période en 2017, le nombre d’heures d’invalidité se chiffrait à 36 167.

Les ambulanciers sont aussi appelés à travailler des heures supplémentaires. Ce sont principalement des employés bilingues qui les effectuent. « Ils sont les premiers à être appelés à remplacer des quarts de travail pour assurer la couverture bilingue », mentionne les auteurs du rapport.

Heures où les ambulances sont hors service

Dans le nord de la province, les unités d’ambulance ont moins souvent été en service en 2017 qu'ailleurs.

La plupart du temps, les unités d'ANB ont dû fermer leurs portes en étant donnéqu’aucun membre du personnel n’est disponible pour un quart de travail, indique le rapport.

La situation dans votre région

En milieu urbain, ANB doit répondre aux appels d’urgence en 9 minutes ou moins dans 90 % des cas. Dans les régions rurales, les ambulanciers doivent porter secours dans les 22 minutes suivant l’appel, et ce aussi dans 90 % des cas.

Les normes ne sont toutefois pas toujours respectées comme le démontre les tableaux suivants.

Dans la plupart des régions du sud, ANB respecte les normes de conformités sauf dans cinq régions.

Dans cinq régions de l'est de la province, ANB est aussi en dessous de ses normes de conformités.

ANB ne parvient à répondre aux appels d'urgence dans les temps fixés dans sept régions de l'ouest de la province.


À la lueur de ces résultats, la province énumère quelques pistes de solutions pour tenter d’améliorer les résultats d’ANB.

La province a signé un autre contrat de dix ans avec Médavie pour la gestion des programmes d’ANB.

Nouveau-Brunswick

Santé