•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réalité virtuelle pour faciliter la vaccination

Un pharmacien vaccine une femme qui est accompagnée de son fils.
Louise Potier se fait vacciner contre la grippe tout en regardant une vidéo en trois dimensions, ce qui la distrait afin de réduire l'anxiété avant une piqûre. Photo: Radio-Canada / Floriane Bonneville
Radio-Canada

Le groupe de pharmaciens Whole Health Pharmacy Partners propose des casques de réalité virtuelle aux patients qui se font vacciner. Cette technique de diversion permettrait d'augmenter le taux de vaccination alors que les campagnes de vaccination contre la grippe commencent un peu partout au Canada.

Un texte de Floriane Bonneville

Timothy Brady est le propriétaire d'une pharmacie qui propose ce nouveau service dans ses deux succursales du Sud-Ouest de l'Ontario depuis que les vaccins contre la grippe sont offerts.

Selon le pharmacien et vice-président du conseil de Whole Health Pharmacy Partners, la technique de diversion n'est pas nouvelle, car cela fait très longtemps qu'on donne une récompense aux enfants pour les vacciner, que ce soit un bonbon ou un autocollant.

C'est tout simplement la version des années 2000 de cette stratégie, dit-il. Tout ce que l'on a à faire, c'est d'acheter des lunettes 3D [...] et offrir le service à nos clients.

Kevin Perrone est un pharmacien qui travaille pour M. Brady dans sa succursale d'Essex.

Un pharmacien est assis à son bureau.Le pharmacien Kevin Perrone. Photo : Radio-Canada / Floriane Bonneville

Selon lui, le casque de réalité virtuelle aide à soulager le stress et l'anxiété que peuvent ressentir certains patients quand ils pensent aux seringues.

Nous voulons faciliter l'expérience des gens qui se font vacciner afin de maximiser le nombre de gens qui reçoivent l'immunisation lors de la saison de la grippe.

Kevin Perrone, pharmacien

M. Brady affirme qu'aucun de ses patients n'a refusé le service depuis qu'il a commencé à l'offrir, la deuxième semaine d'octobre, même ceux qui n'ont jamais eu peur des piqûres.

C'est probablement l'effet de nouveauté, ça intrigue les gens, estime-t-il.

Une cliente, Louise Potier, qui se trouvait à la pharmacie Brady's jeudi matin pour récupérer les médicaments de son fils de cinq ans, Roly, s'est dite curieuse de tenter l'expérience pour la première fois. J'ai hâte de l'essayer, je suis un peu nerveuse avant les piqûres, j'ai souvent une montée d'adrénaline, a-t-elle admis.

Une femme et son fils sourient.Louise Potier et son fils, Roly. Photo : Radio-Canada / Floriane Bonneville

La mère et le fils ont tous les deux mis le casque dans lequel le pharmacien place un téléphone intelligent qui présente une vidéo 3D.

Les différentes vidéos de YouTube peuvent montrer des chiens, des chatons, des lapins, ou bien des montagnes russes.

Je trouve que c'est une bonne idée, a dit Mme Potier, mais je trouve que c'est un peu inquiétant d'un point de vue hygiénique. Il faudrait trouver un moyen que tous les patients n'entrent pas en contact avec les germes des autres, a-t-elle ajouté.

Une pharmacie avec des clients et une conseillère. La pharmacie Brady's à Essex. Photo : Radio-Canada / Floriane Bonneville

Le gouvernement n'est pas partenaire

Ce service n'est toutefois pas une initiative gouvernementale, et ce sont seulement les quelques pharmaciens indépendants faisant partie du groupe Whole Health Pharmacy Partners qui l'offrent en Colombie-Britannique, en Ontario et en Alberta.

Nous voulons étendre ce service d'un océan à l'autre au Canada, dit M. Brady.

Un porte-parole du ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l'Ontario a affirmé dans un courriel que le gouvernement est au courant de cette initiative, mais qu'il n'y a pas du tout pris part.

Le Ministère encourage les gens à parler avec un expert de la santé des méthodes pour se préparer à recevoir un vaccin s'ils sont anxieux de recevoir une piqûre, a écrit Kent Anjo.

Le Bureau de santé de Windsor-Essex a affirmé ne pas être non plus responsable de ce service et ne pas en compiler les données.

Windsor

Santé publique