•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les semaines de fou de l'entraîneur Daniel Legros

Daniel Legros pendant un entraînement d'une équipe de football

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Radio-Canada

Il est 16 heures, un mardi, à Cornwall. Un enseignant dirige une équipe de basketball dans un match scolaire, en remplacement d'un collègue. Juste après cette rencontre, vers 17 heures, il sera derrière le banc de son équipe junior, les Dragons de l'Héritage. Sa soirée ne fait que commencer... tout de suite après, il se rendra rapidement sur un terrain de football, tout près, pour un entraînement. Bienvenue dans l'horaire de fou de Daniel Legros.

Un texte de Jonathan Jobin

Quand il était enfant, Daniel Legros ne pensait qu'au sport. Maintenant âgé de 40 ans, rien n'a changé pour l'enseignant et entraîneur qui passe environ 30 heures, chaque semaine, sur différents terrains. Il dirige des équipes de basketball, de soccer et de football notamment.

Sa passion, il la vit d'abord grâce aux écoles où il enseigne. L'entraîneur a déjà chapeauté les équipes de football aux écoles Garneau et Mer Bleue et il vient de relancer le programme de basketball à l'Héritage, sa nouvelle école.

« Quand je suis arrivé à l'Héritage, ça faisait plusieurs années qu'il n'y avait plus de basket. C'est plaisant d'avoir les mêmes élèves dans la salle de classe et sur le terrain. On peut voir leurs efforts et leur amélioration », raconte Legros, qui dirige l'équipe féminine junior des Dragons, mais qui remplace souvent son collègue avec l'équipe senior.

L'entraîneur Daniel Legros donne ses instructions pendant un match des Dragons de l'école secondaire l'Héritage de CornwallAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'entraîneur Daniel Legros pendant un match des Dragons de l'école secondaire l'Héritage de Cornwall

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Je suis exigeant, mais je ne suis pas trop sérieux parce qu'il ne faut pas oublier que c'est un jeu. C'est du sport et c'est pour le plaisir. J'aime beaucoup la relation que ça me permet d'avoir avec les élèves.

Daniel Legros, entraîneur

L'entraîneur a toujours été un fervent partisan du sport dans les écoles. Selon lui, les équipes sportives augmentent la motivation des jeunes et l'appartenance à leurs écoles.

« Ça ajoute beaucoup d'esprit! Les jeunes disent qu'ils vont à l'école pour un match ou une pratique, le gymnase est ouvert sur l'heure du dîner. Tout d'un coup, tu vois des garçons et des filles qui n'aimaient pas l'école et portent du mauve, les couleurs de l'école. Ça fait chaud et coeur », raconte l'enseignant en Sciences sociales.

L'entraîneur Daniel Legros donne des instructions à des joueuses de basketball pendant une pauseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'entraîneur Daniel Legros prend même le temps de remplacer des entraîneurs avec d'autres équipes de l'école secondaire l'Héritage de Cornwall

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Celui qui se décrit comme un « Player's coach » (un entraîneur près des joueurs) est très apprécié des athlètes. Victoire ou défaite, bon match comme mauvais match, il garde le sourire et semble avoir l'attention de ses joueurs. « Quand un entraîneur est engagé auprès des élèves, c'est certain que ça va porter fruit », dit le directeur athlétique de l'Héritage, Luc Rozon.

Le secondaire, c'est à base d'émotions. Des élèves qui sont engagés et qui ont un entraîneur aussi motivé par le sport, ça fonctionne à long terme.

Luc Rozon, directeur athlétique de l'école l'Héritage

Les jeunes avant les professionnels

Daniel Legros connaît pratiquement tous les sports. Au cours de sa carrière de joueur et d'entraîneur, il a touché à tout. Athlétisme, badminton, baseball, volleyball, et même le golf, il n'existe pas beaucoup de sports qu'il ne maîtrise pas. « J'aime tous les sports, j'aime tout à propos du sport. J'ai été étudiant en activité physique et j'aime jouer au football et entraîner. N'importe quel sport est plaisant et tu peux toujours en apprendre. J'aime être étudiant à vie », explique Legros, toujours un énorme sourire accroché au visage.

Quand on regarde son parcours, on se surprend qu'il n'entraîne pas des équipes à un plus haut niveau. Détenteur d'une maîtrise en coaching et en administration du sport de l'Université Concordia, à Irvine en Californie, il pourrait probablement poursuivre une carrière chez les professionnels.

Mais, après avoir tenté sa chance sur la scène provinciale et nationale, il s'est rendu compte qu'il préfère enseigner aux jeunes athlètes. « J'aime coacher ceux qui peuvent découvrir la passion du sport. Les joueurs élites, ça en prend beaucoup pour les amener d'ici à là », image l'entraîneur, en levant un tout petit peu sa main dans les airs.

Daniel Legros donne ses directives aux jeunes joueurs de football des Wildcats de MonctonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Daniel Legros donne ses directives aux jeunes joueurs de football des Wildcats de Cornwall

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

« Avec les jeunes, c'est exponentiel! C'est super de voir leur joie quand ils découvrent quelque chose. Ils réussissent un geste dans un match, ils te regardent avec petit clin d'oeil et disent « tu vois coach ce que je viens de faire » », s'enthousiasme Legros.

On l'écoute raconter ses passions et on comprend l'énergie qu'il déploie sur le terrain et les énormes sacrifices qu'il fait pour continuer de diriger différentes équipes. Toutefois, même s'il passe des dizaines d'heures dans le sport chaque semaine, il n'oublie pas sa famille. Il est d'ailleurs l'entraîneur de ses deux fils, un au football, l'autre au soccer.

« C'est très occupé. J'ai une femme très patiente qui comprend ma passion », expose-t-il, juste après avoir volé un bisou à sa conjointe sur le terrain de football.

Au bout du compte, l'objectif de Daniel Legros est d'être un modèle dans sa communauté et de former les adultes de demain. À voir son engagement dans les sports, on peut dire qu'il atteint son but.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Football