•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 800 policiers de Toronto sont équipés d'un pistolet Taser

Un pistolet Taser

Presque 400 policiers de plus ont été formés à l'utilisation du pistolet à décharge électrique depuis août.

Photo : Jim Slosiarek/The Gazette/Canadian Press

Radio-Canada

Cela fait plus de sept mois que la Commission des services policiers de Toronto a approuvé une motion visant à accroître l'utilisation des pistolets à impulsion électrique. Depuis août dernier, près de 400 policiers torontois de plus ont été formés et équipés de pistolets Taser.

Le chef de la police, Mark Saunders, a présenté son rapport à cet effet à la réunion mensuelle de la Commission des services policiers.

Il en ressort que davantage de policiers choisissent d'utiliser ces pistolets paralysants plutôt que de ne pas utiliser d'armes du tout. Il est même arrivé qu'un agent utilise son pistolet Taser pour paralyser le conducteur d'une motocyclette qui aurait accéléré le véhicule en direction de l'agent.

CORRECTION : Une version précédente de ce texte concluait à tort que l'utilisation du pistolet Taser par les policiers torontois était en hausse de 77 %.

Le défenseur des droits et président du groupe Urban Alliance on Race Relations, Nigel Barriffe, considère que l'argent utilisé pour équiper les policiers de ces armes devrait plutôt être mis dans la formation.

Les fonds devraient être utilisés pour aider à désamorcer les situations de crise, surtout quand on sait que dans beaucoup de ces affrontements il y a des personnes souffrant de problèmes de santé mentale, dit-il.

Nigel Barriffe, président du groupe Urban Alliance on Race Relations porte une chemise à carreaux et des lunettesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nigel Bariffe, président du groupe Urban Alliance on Race Relations

Photo : Radio-Canada

Cela ne fait que mettre plus d'armes meurtrières entre les mains de la police.

Nigel Barriffe, Urban Alliance on Race Relations

L'achat des pistolets supplémentaires au cours des derniers mois a coûté près d'un million de dollars au service de police de la ville.

Bien que le conseil ait mis sur pied un sous-comité sur la santé mentale, celui-ci n'a pas encore eu l'occasion de fournir de commentaires sur les conclusions du rapport. Il devrait néanmoins, avec le comité consultatif antiracisme, commenter le prochain rapport trimestriel sur l'utilisation des pistolets Taser.

M. Barriffe rappelle aussi que d'autres travailleurs de première ligne, comme les enseignants, les infirmières et les travailleurs sociaux n'ont pas d'armes.

Au lieu de recourir aux techniques pour permettre la désescalade [d'une situation], il semble plus facile pour [la police] de se dire : "je vais prendre cette arme et tirer sur cette personne plutôt que d'essayer de lui parler", estime-t-il.

Le Service de police de Toronto avait commencé à utiliser les pistolets à impulsion électrique en 2002, mais n'en avait distribué qu'à certains agents, comme des superviseurs.

L'an dernier, le chef Mark Saunders avait argumenté avec succès qu'en donnant plus de pistolets Taser aux policiers, ceux-ci disposeraient d'un outil moins mortel pour protéger le public ainsi qu'eux-mêmes.

Toronto

Forces de l'ordre