•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SQDC s'en fait pour ses succursales en raison du manque d'approvisionnement

Une trentaine de personnes font la file devant une succursale de la SQDC pendant qu'un agent de sécurité monte la garde.

Une file de consommateurs devant une succursale de la SQDC à Montréal, le 18 octobre 2018, au lendemain de la légalisation

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

La Presse canadienne

Au terme de sa première semaine d'opération, la Société québécoise du cannabis (SQDC) constate que l'approvisionnement s'avère beaucoup plus difficile que prévu et a peur pour le maintien de son réseau de succursales.

Sept jours après l'ouverture de ses 12 premiers points de vente et le lancement de son site, la SQDC affirme avoir réalisé 138 150 transactions, dont une forte majorité, soit 84 850 achats, a été effectuée en succursale. Une demande que la société d'État juge conforme à ses prévisions.

Cependant, cette première semaine permet de constater que l'approvisionnement représente un important défi à court terme, selon la SQDC, en raison principalement de l'offre limitée des fournisseurs et des limites du cycle de production. Un problème qui serait commun à toutes les provinces.

La société d'État informe la clientèle que cette situation de rareté des produits pourrait perdurer pour les premiers trimestres d'opération.

Elle va même jusqu'à laisser entendre que son tout jeune réseau de distribution pourrait être compromis. « Dans l'état actuel des choses, le maintien en opération du réseau de succursales sera un défi », indique la SQDC dans le document publié mercredi sur son portail web.

Dans son bilan de la première semaine, on peut lire que « les commandes qu'avait prévu recevoir la SQDC auraient suffi à l'approvisionnement des succursales et des transactions en ligne », sous-entendant que la marchandise n'a pas été entièrement livrée.

Les producteurs auront un travail colossal à effectuer pour structurer l'approvisionnement.

Extrait d'un communiqué de la SQDC

Changement à la direction

Dans son communiqué, la SQDC annonce l'entrée en poste de Jean-François Bergeron à titre de directeur par intérim de l'organisation.

Il remplace Alain Brunet, président et directeur général de la Société des alcools du Québec, qui avait obtenu le mandat de mettre sur pied la division cannabis du gouvernement du Québec.

Son mandat se termine dans les prochains jours, précise-t-on. M. Bergeron agissait à titre de codirecteur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Drogues et stupéfiants

Société