•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Grande Traversée, plus qu’un voyage à vélo, selon ses défenseurs

Les jeunes à vélo.
Depuis 2013, la Grande Traversée permettait à des élèves francophones de parcourir le Canada à vélo. Photo: Radio-Canada / François Pierre Dufault
Radio-Canada

Depuis l'annonce de la fin de la Grande Traversée par le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF), un bon nombre de ses défenseurs souligne que ce relais cycliste pancanadien représentait beaucoup plus qu'un voyage à vélo.

Ils craignent que le projet visant à le remplacer ne transmette pas les mêmes valeurs aux élèves.

À plusieurs reprises, Laurent Brisebois, le fondateur de la Grande Traversée et directeur de l’École André-Piolat à North Vancouver, a rappelé que l’expérience permettait aux élèves d’apprendre l’importance du travail d’équipe et de la santé, en plus de développer leur leadership.

Depuis l’annonce de lundi, d’autres voix se sont jointes à la sienne pour souligner l’importance de la Grande Traversée.

Sébastien Théberge, un ancien employé du CSF qui a participé à cinq reprises à la Grande Traversée, décrit le relais cycliste comme « un projet audacieux qui repose sur la volonté de changer le monde de manière positive et efficace ». Il ajoute que l’événement a permis à beaucoup de jeunes de grandir et de changer leurs habitudes.

Éliminer la Grande Traversée, c'est rejeter un des grands projets éducatifs de la commission scolaire.

Sébastien Théberge, ancien employé du CSF

Katherine Joly, dont le fils de 7 ans et la fille de 9 ans fréquentent une école du CSF, espérait que ses enfants aient la chance de vivre cette expérience. Pour elle, il s’agit d’un projet marquant pour les francophones de toutes les générations.

« J'étais contente de parler de ça [à mes enfants] et de leur montrer qu'il y a de la francophonie partout à travers du pays, qu'il y a des gens qui s'impliquent et qu'il y a des villages qui ont accueilli ces gens qui ont fait la Grande Traversée. C'est plus grand que l'école, c'est plus grand que mes enfants. »

Cette mère critique également le fait que les parents du CSF n’ont pas été consultés avant la prise de cette décision et qu’ils ont été mis devant le fait accompli.

La barre est haute pour la nouvelle formule

Une entente de trois ans a été signée entre le CSF et l’organisme Cycling BC pour développer un projet qui remplacera la Grande Traversée.

Pour le moment, peu de détails sont connus sur la nouvelle formule. Le nouvel événement va s'adresser aux élèves de 11e et de 12e années dès le printemps prochain.

Erin Waugh, la directrice générale de Cycling BC, précise que son équipe travaille toujours à finaliser les détails du projet et que plus d’informations seront disponibles en novembre.

Même si l’entente est signée avec Cycling BC, certains espèrent encore que le nouveau conseil d'administration du CSF, qui a été élu samedi, revienne sur la décision de mettre fin à la Grande Traversée.

Les nouveaux conseillers seront assermentés le 2 novembre prochain. Ils pourraient choisir de modifier la décision du conseil précédent.

Colombie-Britannique et Yukon

Francophonie