•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle ministre de l'Environnement assouplit la position du ministère sur le Projet Authier

La nouvelle ministre de l'Environnement du Québec MarieChantal Chassé, lors de son assermentation.

La nouvelle ministre de l'Environnement du Québec MarieChantal Chassé, lors de son assermentation. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La nouvelle ministre de l'Environnement, MarieChantal Chassé, ne veut pas s'engager, pour l'instant, à soumettre le projet Authier de Sayona Québec à une évaluation par le Bureau des audiences publiques sur l'Environnement (BAPE).

Un texte de Thomas Deshaies

Elle rompt ainsi avec la position de sa prédécesseure, Isabelle Melançon, qui avait officiellement pris position pour l'assujettissement du projet de mine de lithium à la Procédure relative à l'évaluation et l'examen des impacts sur l'environnement, incluant un BAPE.

Le directeur de cabinet de la nouvelle ministre de l'Environnement, Hugo Delanay, a fait savoir qu'il n'y avait pas de décision prise dans ce dossier. Il affirme que la ministre attendra le dépôt des demandes de certificat d'autorisation avant d'user ou non de l'article 31.1.1.1 de la Loi sur la qualité de l'environnement. Cet article donne la légitimité au gouvernement de soumettre un projet controversé à une analyse approfondie, même s'il est en dessous du seuil de 2000 tonnes produites par jour.

Une fois déposé, on a trois mois pour décider si on souhaite le soumettre à la procédure.

Hugo Delanay, directeur de cabinet

Ce qui est sûr, c'est que pour la CAQ, l'exploitation des ressources doit se faire avec l'acceptabilité sociale, a toutefois précisé, M. Delanay. Mme Chassé a été sensibilisée au dossier.

Isabelle Melançon estimait que les préoccupations citoyennes le justifiaient

La décision d'Isabelle Melançon avait été prise avant que le promoteur ne dépose officiellement sa demande de certificat d'autorisation au ministère de l'Environnement. Mme Melançon jugeait alors que les préoccupations citoyennes justifiaient une telle position, à un moment où la mobilisation citoyenne prenait de l'ampleur.

Une mobilisation qui ne semble pas s'essouffler, alors qu'un nouveau comité citoyen a été formé aujourd'hui.

Rappelons que la minière veut éviter une analyse par le BAPE pour accélérer l'obtention des permis nécessaires à l'exploitation de la mine. Sayona Québec a expliqué, à de nombreuses reprises, avoir prévu un projet à 100 tonnes en deçà du seuil de 2000 tonnes, qui aurait enclenché automatiquement le processus d'analyse du BAPE. Selon l'entreprise, la forte demande pour le lithium nécessite une mise en production rapide.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !