•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Le NPD sous les projecteurs… pour les mauvaises raisons

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Jagmeet Singh tient une conférence de presse entouré de journalistes, un micro et un téléphone cellulaire brandis dans sa direction.
Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Jagmeet Singh tient une conférence de presse sur la colline du Parlement à Ottawa le mercredi 24 octobre 2018. Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Madeleine Blais-Morin

Il n'y a généralement pas de caméra à l'entrée du caucus néo-démocrate. Les journalistes concentrent plutôt leurs efforts à tenter d'intercepter les députés du gouvernement et de l'opposition officielle dans l'édifice du parlement. Avec son statut de troisième parti, le NPD, en mal d'attention, doit tenir sa réunion hebdomadaire de députés dans un édifice de l'autre côté de la rue. Quand les caméras se sont pointées hier matin, l'équipe de Jagmeet Singh devait se douter que c'était en raison d'une mauvaise nouvelle. Une autre.

Un autre départ. Une autre tentative de mettre un vernis positif sur une mauvaise nouvelle pour le NPD. Cette fois, c’est la députée Sheila Malcolmson qui quitte le navire pour tenter sa chance dans une élection partielle sur la scène provinciale en Colombie-Britannique.

On est très fiers qu’elle poursuive les efforts dans notre famille progressiste en Colombie-Britannique.

Jagmeet Singh, chef du NPD

Le NPD de John Horgan, en Colombie-Britannique, avec son statut précaire de gouvernement minoritaire, a certes besoin d’une candidate d’expérience pour tenter de conserver un siège fraîchement vacant. Mais l’équipe de Jagmeet Singh a tout autant besoin de ses joueurs!

Mon collègue Louis Blouin rapporte que plus du tiers des députés du NPD élus en 2015 ne se représenteront pas ou sont en réflexion.

Les intentions de vote anémiques sont sûrement un facteur expliquant cette introspection.

Selon les projections de l’analyste de sondages de CBC, Éric Grenier, le NPD pourrait ne récolter qu’un seul et unique siège au Québec en 2019.

Sheila Malcolmson, elle, a déclaré que l’état de son parti n’a rien à voir avec son départ. Elle dit vouloir être en mesure d'obtenir, dès maintenant, des résultats concrets dans le gouvernement Horgan.

Il est vrai qu’en Colombie-Britannique la situation du NPD fédéral n’est pas aussi critique qu'au Québec. Selon l’analyse d’Éric Grenier, le parti pourrait y conserver une dizaine de sièges.

Le prochain test, dans cette province, sera l’élection partielle dans Burnaby-Sud, dont la date doit être annoncée d’ici la mi-mars 2019. C’est dans cette circonscription que le chef Jagmeet Singh tentera de se faire élire.

Quand le malheur des uns fait le malheur des autres

Si Jagmeet Singh échoue, difficile de penser qu’il puisse rester à la tête du NPD. Surtout si l’élection partielle est déclenchée cet automne, ce qui laisserait quelques mois au parti pour se choisir un autre chef avant les élections en octobre 2019.

Puisqu’un NPD faible nuit aux conservateurs, le parti d’Andrew Scheer pourrait tenter de battre Jagmeet Singh dans Burnaby-Sud. Ils feraient ainsi d’une pierre deux coups : remporter un comté tout en tentant de pousser vers la sortie un chef néo-démocrate qui laisse le champ trop libre aux libéraux.

Les conservateurs sont loin de tirer toutes les ficelles. Ce sont les libéraux qui, par exemple, décident en grande partie du moment propice pour déclencher cette partielle. Mais le parti d’Andrew Scheer peut quand même essayer de gagner le comté, ce qui n’est pas complètement hors de portée.

En 2015, Kennedy Stewart du NPD l’avait emporté avec 35 % des voix, contre 34 % pour les libéraux. Le Parti conservateur était arrivé pas trop loin derrière avec 27 % des votes.

Comme quoi, avant même d’être déclenchée, on sait déjà que cette élection partielle sera suivie de très près.

Si Jagmeet Singh l’emporte, il y aura sûrement des conservateurs pour penser que ce n’est pas une si bonne nouvelle pour le NPD et pour eux, par ricochet.

Il y aura assurément des caméras pour surveiller les résultats.

Politique fédérale

Politique