•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles mesures dès janvier pour protéger les baleines noires

Vue aérienne de deux baleines noires.
Plusieurs baleines noires ont été aperçues dans le golfe du Saint-Laurent en 2018. Photo: Pêches et Océans Canada
Radio-Canada

Des rencontres de consultations sont en cours entre les regroupements de l'industrie des pêches et des représentants de Pêches et Océans Canada pour réévaluer les impacts des mesures de protection de la baleine noire.

Un texte de Joane Bérubé

Le ministère des Pêches et des Océans souhaite que les nouvelles mesures pour la prochaine saison de pêche soient connues dès le début 2019. On travaille énormément fort pour laisser des délais raisonnables aux pêcheurs  , indique le directeur régional pour Pêches et Océans Canada, Patrick Vincent.

Au Québec, le Ministère a entamé en août des discussions avec des associations de pêcheurs de la Côte-Nord, de la Basse-Côte-Nord, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

Une rencontre a aussi eu lieu à Moncton, il y a deux semaines avec les associations de pêcheurs et les industriels de l’ensemble du golfe Saint-Laurent.

Des dizaines d'intervenants autour d'une grande table.Le ministre Jonathan Wilkinson (au centre, de dos) a rencontré divers intervenants à une table ronde dans un hôtel de Dartmouth, mardi. Photo : Radio-Canada / CBC/Robert Short

Des représentants de l’industrie des pêches, d’organismes non gouvernementaux et des scientifiques étaient aussi rassemblés à Darmouth, en Nouveau-Écosse, mardi, pour faire le point.

Pêcheurs de homard de la Gaspésie

M. Vincent précise qu’au Québec il y a aussi deux comités de travail avec le Regroupement des pêcheurs du Sud de la Gaspésie. Vu que ces pêcheurs ont été beaucoup plus touchés, les travailleurs d’usine également, on a deux groupes de travail, un qui touche les mesures de protection des baleines et un groupe qui examine les alternatives au niveau socio-économique, les mesures de soutien si jamais on doit faire face à une autre situation dramatique. 

Pêches et Océans Canada confirme que des discussions sont toujours en cours sur la demande de compensation 2,7 millions de dollars des pêcheurs de homard de la Gaspésie en raison des pertes survenues lors de la fermeture de zones de pêche pour protéger les baleines noires.

Pêche au homardPêche au homard Photo : Radio-Canada

Toutes les propositions seront examinées, assure Patrick Vincent. On fait, dit-il, ces consultations de manière intensive pour écouter les pêcheurs. Ils vont proposer des alternatives qu’on va examiner. 

Le ministère attend aussi le bilan des données recueillies sur la fréquentation et la répartition des baleines dans le golfe en 2018. On a mis beaucoup plus d’effort en surveillance en 2018 qu’en 2017, la qualité des informations devrait être supérieure. Il va falloir qu’on balance entre les requêtes et les suggestions des pêcheurs et de l’industrie par rapport à ces informations pour voir ce qui est faisable  , nuance cependant M. Vincent.

Le but du ministère, explique le gestionnaire, est d’éviter la mort de baleines noires tout en minimisant les impacts négatifs sur la pêche.

Une baleine noire empêtrée dans un lourd cordage. Une baleine noire empêtrée dans un lourd cordage. (archive) Photo : Gracieuseté : International fund for animal welfare

L’empêtrement des baleines dans les engins de pêche étant ciblé comme une des principales causes de blessures et de décès, la recherche sur des engins de pêche plus sécuritaire pour les baleines se poursuit.

Les crabiers acadiens ont entrepris à la fin de la saison une quinzaine de tests avec de nouveaux équipements qui reprendront l’été prochain. Des ateliers auront aussi lieu aux États-Unis avec d’autres types de casiers et de cordages.

Aucune baleine n’a péri cette saison dans le golfe en raison du trafic maritime ou des activités de pêche.

Dix-sept baleines, dont une douzaine en eaux canadiennes, étaient décédées en 2017. Les scientifiques estiment qu’il reste 450 baleines noires en Atlantique Nord.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Protection des espèces