•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet éolien des Îles-de-la-Madeleine : feu vert, malgré les risques financiers

Le site de la Dune-du-Nord

Le site de la Dune-du-Nord

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada

La Régie de l'énergie approuve le contrat d'approvisionnement en électricité dans l'archipel. Cependant, si le réseau électrique de l'archipel est raccordé au continent par un câble sous-marin d'ici dix ans, comme prévu, le projet éolien ne sera pas rentable.

Un texte de Michel-Félix Tremblay

Le parc éolien de la Dune-du-Nord pourrait entraîner des pertes financières de 4,8 millions de dollars à Hydro-Québec dans l'éventualité d'une mise en service du projet de raccordement des Îles-de-la-Madeleine au réseau intégré en 2025, précise-t-on dans la décision rendue le 22 octobre, à propos de l'entente intervenue entre Hydro-Québec et la Régie intermunicipale de l'énergie de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

2025, c'est l'année où Hydro-Québec prévoit la mise en fonction d'un câble sous-marin entre le continent et l'archipel.

Actuellement, une centrale au mazout fournit l'électricité aux Madelinots, au coût de 22,01 ¢/kWh. Le contrat éolien prévoit une production en deçà de 15 ¢/kWh. C'est quand même cinq cents de plus que le coût moyen d'approvisionnement en énergie éolienne.

Par contre, lorsque les Îles seront raccordées au réseau d'Hydro-Québec par un câble, le coût d'approvisionnement sera encore plus bas.

Dans ce contexte, affirme la Régie de l'énergie, pour que le parc éolien de 6,4 mégawatts puisse représenter une économie, il faudrait que le cable sous-marin soit en fonction au plus tôt en 2028-2029.

Si c'est en 2030, la Société d'État économiserait 7,4 millions de dollars pendant toute la durée du contrat, soit jusqu'en 2039.

De l'avis de la Régie, cela n'est cependant pas suffisant pour rejeter la demande d'approbation du contrat, conclut le document.

 Iles-de-la-MadeleineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cheminées de la centrale thermique des Iles-de-la-Madeleine

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Par contre, dès 2020, le parc éolien permettra de réduire l'émission de gaz à effet de serre de la centrale d'environ 13 %, soit 17 000 tonnes en équivalent co2 par année.

Le contrat va générer aussi des retombées d'environ 275 000 $ par année qui seront injectées dans le fonds de la Régie de l'énergie Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, propriété des municipalités de la région.

Un projet contesté

En juillet, l'Association madelinienne pour la sécurité énergétique et environnementale (AMSÉE) avait émis de sérieux doutes sur la pertinence de ce projet.

Parc éolien en GaspésieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Parc éolien en Gaspésie

Photo : Radio-Canada / William Bastille Denis

Selon l'AMSÉE, le parc éolien n'est pas « énergétiquement requis » parce que le câble va répondre aux besoins énergétiques.

Le choix du site, un habitat protégé, inquiétait aussi l'association.

Habitat de la Dune-du-NordAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Habitat de la Dune-du-Nord

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Les impacts probables du projet éolien sur la Dune-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine ont cependant été réduits, selon une nouvelle étude environnementale réalisée par les gestionnaires du projet.

Le parc éolien de la Dune-du-Nord devrait entrer en fonction en octobre 2019. Deux éoliennes de 3,2 mégawatts chacune fourniraient de l'électricité pendant 20 ans.

Il ne manque que les autorisations du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour entamer les travaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Énergies renouvelables

Environnement