•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fuites d'un rapport à T.-N.L. : le député Dale Kirby risque une motion de blâme

Dale Kirby en octobre 2018.

Dale Kirby

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

À Terre-Neuve-et-Labrador, le député libéral Dale Kirby pourrait faire l'objet d'une motion de blâme pour avoir ébruité un rapport sur des allégations de harcèlement faites à son endroit.

Mercredi, à l’Assemblée législative, les élus ont voté, par 35 voix contre 2, en faveur de renvoyer la question à un comité parlementaire qui décidera s’il faut adopter une motion de blâme.

La veille, le commissaire à l’éthique, Bruce Chaulk, avait déposé des rapports sur des allégations de harcèlement. Ces allégations visaient Dale Kirby et un autre député libéral, Eddie Joyce.

Vendredi dernier, Dale Kirby avait divulgué le contenu du rapport le concernant. Cela constitue un affront aux plaignants, a dit en chambre le chef du Parti progressiste-conservateur, Ches Crosbie.

Dale Kirby défend ses actions, soutenant qu'il n'était pas lié par une obligation de confidentialité.

Les actions de deux députés sous la loupe du commissaire

Dans un rapport, le commissaire à l'éthique recommande que Dale Kirby soit réprimandé pour des propos inconvenants tenus à sa collègue députée Pam Parsons.

Il a de plus déterminé dans son autre rapport que l'ancien ministre Eddie Joyce avait contrevenu au code de conduite des élus en faisant des pressions auprès de la ministre des Services Sherry Gambin-Walsh pour qu’un de ses amis, qui avait postulé pour un emploi au gouvernement, soit embauché.

Eddie Joyce lors d'une conférence de presse.

Le député et ancien ministre Eddie Joyce.

Photo : Radio-Canada / CBC

Des enquêtes et des procédures critiquées

Les enquêtes sur les députés Kirby et Joyce, ainsi que celle, rejetée par le commissaire, au sujet d’allégations de harcèlement et d’intimidation faites par un autre député libéral, Colin Holloway, ont été critiquées depuis le début.

Sherry Gambin-Walsh avait mis en doute la compétence du Bureau du commissaire à l’éthique pour ce genre de plaintes, puisque dans le passé, il s’était surtout penché sur des problèmes financiers. Mardi, la ministre Gambin-Walsh avait réitéré son insatisfaction.

Le premier ministre, Dwight Ball, parle quant à lui d’une procédure qui a des lacunes. Il dit avoir entendu suffisamment de commentaires négatifs à ce sujet pour en arriver à cette conclusion.

M. Ball estime qu’il faut prendre le temps nécessaire pour revoir la justesse du processus. Nous devons l’améliorer, avait-il soutenu mardi.

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique provinciale