•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec va suspendre les hausses de salaires des médecins spécialistes

François Legault et Christian Dubé devant des micros, dans un corridor de l'Assemblée nationale.

François Legault a confié au président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, le mandat de revoir la rémunération des médecins spécialistes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé que son gouvernement va suspendre les augmentations consenties aux médecins spécialistes le temps d'avoir les résultats d'une étude comparative avec l'Ontario sur leur rémunération. Le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, sera responsable de gérer ce dossier.

Un texte de Delphine Jung

« Il n'y aura pas les augmentations prévues et elles seront mises en fiducie », a déclaré François Legault à la sortie du Conseil des ministres, mercredi.

Le premier ministre souhaite d'abord avoir les résultats d'une étude comparative sur la situation des médecins spécialistes du Québec et de l'Ontario. Cette étude a été commandée par l'ancien gouvernement libéral.

Le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, s'est vu confier la renégociation et va rencontrer l'équipe de négociation dès mardi prochain.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) a dit accueillir favorablement cette désignation, par voie de communiqué.

Elle « souhaite que M. Dubé précise ce qu'il entend lorsqu'il parle du gel des salaires, car l'entente en vigueur ne prévoit aucune augmentation de la rémunération pour les médecins spécialistes jusqu'en 2023 », a-t-elle ajouté.

Pourtant, en février, une nouvelle entente leur avait accordé une augmentation de 11,2 % jusqu'en 2023, en plus d'une bonification de près de 500 millions de dollars de leur rémunération, une mesure rétroactive financée à même les surplus budgétaires.

Le gouvernement libéral avait aussi assuré qu'il s'agissait de la meilleure entente possible, vu les circonstances.

Toujours pas d'étude d'après la CAQ

M. Legault assure que le mandat de l'étude dont il attend les résultats n'a encore été confié à aucun organisme.

Dans son communiqué, la FMSQ rappelle que « de nombreuses rencontres se sont tenues à ce sujet entre la FMSQ, le Conseil du Trésor, le ministère de la Santé et des Services sociaux et l'ICIS [Institut canadien d'information sur la santé], au cours des derniers mois. L'une d'elles s'est déroulée hier [mardi] et une autre est à l'agenda pour le 5 novembre prochain ».

De son côté, l'ancien ministre de la Santé et actuel porte-parole du Parti libéral du Québec pour le Conseil du Trésor, Gaétan Barrette, a lui aussi assuré que les travaux qui mènent à l'étude avaient commencé.

Une entente « raisonnable »

Selon les estimations de la Coalition avenir Québec (CAQ), les spécialistes gagneraient en moyenne 80 000 $ de trop par année à la suite du rattrapage salarial consenti par le gouvernement Couillard.

M. Legault souhaite négocier une « entente raisonnable, car pour le moment, ce n'est pas raisonnable que les spécialistes [du Québec] gagnent plus que ceux de l'Ontario », a-t-il précisé.

Il a rappelé qu'il trouvait « injuste » que les infirmières et les médecins de famille gagnent moins que leurs confrères ontariens.

Le nouveau premier ministre a affirmé, le 2 octobre dernier, qu'il comptait d’abord s'entretenir avec les omnipraticiens pour améliorer l'accès aux soins de première ligne avant d’ouvrir des négociations avec les médecins spécialistes.

Avant le début de la campagne électorale, François Legault avait estimé que le gouvernement Couillard donnait « un milliard de dollars de trop aux médecins spécialistes ».

Politique provinciale

Politique