•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

John Tory prêt à chapeauter le comité consultatif francophone de Toronto

Un homme en veston devant des drapeaux
Le maire de Toronto, John Tory Photo: Radio-Canada

Le maire de Toronto, John Tory, se dit prêt à prendre la tête du comité consultatif francophone de Toronto si aucun élu ne le fait. Avec la réduction de la taille du conseil municipal, M. Tory s'engage à maintenir le groupe chargé de conseiller la Ville de Toronto en matière de francophonie.

Un texte de Jean-François Morissette

Pour qu'un tel comité existe, il doit être chapeauté par un élu. Avant l’élection de lundi dernier, le conseiller Norm Kelly occupait le rôle de président. Mais sa défaite fait planer le doute sur l'avenir du groupe.

En point de presse, John Tory ne minimise pas l’importance de ce comité.

Le français est très important et est l’une des deux langues officielles de notre pays, indique-t-il.

Le maire de Toronto avoue ne pas savoir qui pourra prendre la tête du groupe parmi les nouveaux conseillers élus, mais promet d'assumer la présidence du comité consultatif francophone, au besoin.

C'est nécessaire pour moi de déterminer si nous avons maintenant, parmi les nouveaux conseillers, un membre qui parle français. Si nécessaire, je vais moi-même me proposer.

John Tory, maire de Toronto.

En 2013, le maire de Toronto de l’époque, Rob Ford, avait choisi d'abolir ce comité, invoquant des besoins financiers. Le maire John Tory l'a toutefois restauré à son arrivée au pouvoir.

Avec la campagne électorale, le comité consultatif francophone de Toronto a été dissout. Il incombera aux nouveaux conseillers de choisir de le ramener.

Les nominations à la tête des différents conseils et comités consultatifs à Toronto se feront en décembre et en janvier. D'ici là, le maire de Toronto assure que des discussions auront lieu afin de revoir la structure du gouvernement municipal avec moins d'élus.

Une forme à revoir

Le coprésident du comité consultatif francophone avant sa dissolution, Gilles Marchildon, estime qu’il est important de poser des questions rapidement aux élus sur l'avenir du groupe.

M. Marchildon craint que la réduction du conseil municipal ait un impact sur les travaux du comité consultatif francophone.

Il va y avoir moins d’élus pour participer au comité et certains pourraient être tentés de rationaliser leur nombre ou, on l’espère, revoir la forme du comité consultatif.

Gilles Marchildon, coprésident du comité consultatif francophone

M. Marchildon estime que la Ville de Toronto doit saisir l’occasion de revoir la forme du comité consultatif et pourrait se rapporter directement au maire au lieu de passer par le conseil municipal, même s'il n'assume pas la présidence du groupe.

Gilles Marchildon, coprésident du comité consultatif francophone de Toronto, écoute pendant une réunion.Gilles Marchildon, coprésident du comité consultatif francophone de Toronto Photo : Radio-Canada / Philippe de Montigny

C’est une formule qui pourrait alléger la tâche d’un conseil de ville réduit, insiste-t-il.

Il ajoute qu’il pourrait aussi s’agir d’une occasion pour inclure plus de Franco-Torontois au sein du comité.

Une bonne nouvelle pour les Franco-Torontois

René C. Viau, vice-président du conseil d’administration du Centre francophone de Toronto (CFT), ne sait pas qui d’autre sera en mesure de prendre la place de Norm Kelly à la tête du groupe, mais se réjouit de l'intérêt du maire Tory.

Un homme avec une cravateRené C. Viau, vice-président du conseil d’administration du Centre francophone de Toronto. Photo : Radio-Canada

C'est une excellente nouvelle pour la francophonie à Toronto, d'avoir le maire qui siège. Ça démontre l'importance et l'intérêt que le maire et la Ville portent à la francophonie.

René C. Viau, vice-président du conseil d’administration du Centre francophone de Toronto

René C. Viau ne doute pas que le comité va revenir sous une forme ou une autre, soulignant que le maire de Toronto est francophile.

Le CFT a déjà envoyé une lettre au maire de Toronto, pour le féliciter de sa victoire électorale, rapporte M. Viau, et lui demander le retour du comité consultatif francophone.

Francophonie

Politique