•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un homme circule sur un vélo dans une rue recouverte par quelques centimètres d'eau. Le temps est lourd et il pleut.

L'ouragan Willa a perdu de son intensité en s'enfonçant dans les terres mardi soir au Mexique.

Photo : AFP/Getty Images / ALFREDO ESTRELLA

Agence France-Presse

L'ouragan Willa, rétrogradé en catégorie 3 sur l'échelle de Saffir-Simpson, a touché mardi soir la côte mexicaine, au nord-ouest du pays, et s'est enfoncé dans les terres. Il a ainsi perdu de son intensité et s'est transformé en tempête tropicale.

Les météorologues restent prudents, car la tempête peut toujours provoquer des inondations et des éboulements de terrain meurtriers.

Les niveaux d'alerte sont maintenus pour mercredi et Willa devrait s'évanouir progressivement dans l'après-midi, selon le Centre d'observation américain des ouragans.

Mercredi matin, les vents ont perdu de leur puissance et atteignaient une vitesse de 75 km/h. La veille, ils avaient atteint 195 km/h au moment de toucher la côte pacifique.

Willa a balayé en premier les îles de Maria, où se trouve une prison fédérale. Le ministère mexicain de l'Intérieur n'a pas indiqué si le millier de détenus qui s'y trouvent avaient été évacués ou si d'autres mesures d'urgence avaient été prises.

L'oeil a touché la côte près d'Escuinapa dans l'État du Sinaloa, a indiqué le service météorologique mexicain sur Twitter.

L'ouragan, qui avait été classé quelques heures en catégorie 5 lundi, a perdu de la force et a été rétrogadé en catégorie 3 mardi.

Les États du Sinaloa et du Nayarit (ouest) avaient été placés en « alerte orange » par les autorités et les écoles avaient été fermées.

Des milliers d'évacués

Plus de 4250 personnes ont été évacuées dans les zones à haut risque, dont certaines zones touristiques, a indiqué le responsable national de la protection civile, Luis Felipe Puente.

Quelques heures avant l'arrivée de Willa, à Escuinapa, une ville de 30 000 habitants, plusieurs rues étaient déjà inondées.

Des personnes évacuées dans un abri au Centre des congrèsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des personnes évacuées dans un abri au Centre des congrès

Photo : Reuters / Henry Romero

« Espérons que tout cela va se terminer rapidement et qu'on va pouvoir retourner chez nous », a dit à l'AFP Epigmenio Cardenas, 44 ans, un agriculteur qui s'est réfugié dans un abri où se trouvent 2500 personnes.

« On se sent mal de tout laisser derrière nous, mais qu'est-ce qu'on peut faire », a-t-il ajouté.

Des militaires ont été déployés dans le secteur pour intervenir en cas d'importants dégâts.

À 100 km au nord, à Mazatlan, qui compte 500 000 habitants, l'ouragan n'avait en revanche provoqué en début de soirée qu'une faible pluie.

Des promeneurs déambulaient même sur la promenade du bord de mer, à pied ou à vélo, a constaté un journaliste de l'AFP.

En septembre, au moins 15 personnes ont péri dans des crues soudaines liées aux fortes pluies dans les États du Sinaloa et du Michoacan.

La semaine dernière, 11 personnes sont décédées à Oaxaca (sud), dont 7 enfants, à cause des intempéries.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Incidents et catastrophes naturelles

International