•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le quart-arrière Noah Picton se prépare à dire au revoir aux Rams

Un jeune homme souriant, avec un chandail vert, qui pose devant un mur sur lequel on voit des joueurs de football des Rams de Regina

Pour Noah Picton, son meilleur moment avec les Rams aura été la victoire contre les Huskies devant plus de 16 500 personnes le jour de l’inauguration du stade Mosaic.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Vendredi soir, Noah Picton enfilera pour la dernière fois l'uniforme des Rams de l'Université de Regina. Pour le quart-arrière, il s'agit de la conclusion de son rêve d'enfance et peut-être même de sa carrière de footballeur.

« Quand le match sera terminé, la réalité va peut-être me frapper. Je vais possiblement être émotif en réalisant que je ne vais plus jouer pour les Rams », a déclaré le pivot qui a joué la totalité de son football dans sa ville natale.

Ce dernier concède qu’il aurait toutefois préféré finir sa carrière universitaire d’une meilleure façon. Au début du mois d’octobre, l’équipe, avec une fiche de trois victoires et deux défaites, était en bonne position pour amorcer les séries à domicile, mais la participation d’un joueur non admissible a annulé ces trois gains pour les transformer en revers. Du même coup, les Rams ont été relégués au sixième et dernier rang de l’Ouest canadien.

« C’est très frustrant. En plus, ce n’est même pas une erreur du joueur ou de l’équipe, mais plutôt de l’université. Nous ne pouvions rien faire pour régler ça », plaide Picton, très amer de ne pas prendre part aux éliminatoires.

Puis, pour la première fois de son parcours universitaire, il a été contraint de se retirer de l’action en raison d’une infection au pied. Il n’a pas pris part aux deux derniers matchs de l'équipe.

« Il n’y a jamais de bon moment pour se blesser, mais celui-ci était probablement le pire. C’était difficile de regarder les gars et de ne pas pouvoir les aider, mais j’ai appris de cela et je vais en ressortir plus fort. »

Impossible de le confirmer, mais le principal intéressé dit « avoir confiance » qu'il pourra entamer la rencontre de vendredi contre les Huskies de l’Université de la Saskatchewan.

Un jeune homme sur un terrain de football parle devant la caméraAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le footballeur dit être persuadé que les Rams sont entre bonnes mains avec le jeune quart-arrière Josh Donnelly.

Photo : Radio-Canada

Une histoire de famille

Une riche histoire lie la famille Picton et les Rams de Regina.

Le père, Dean, a évolué au poste de quart-arrière à l’époque où le club évoluait dans la Ligue canadienne de football junior (LCFJ) avant d’être rattaché à l’Université de Regina.

Son fils aîné, Mitchell, a suivi ses pas en étant receveur de 2013 à 2017. Il a passé la dernière saison sur l’équipe d’entraînement des Roughriders de la Saskatchewan avant d’être libéré mardi.

De son côté, Noah a réécrit l’histoire du programme en s’appropriant quelques records du football universitaire canadien, notamment celui du plus grand nombre de verges par la passe (11 477), qui appartenait à Jérémi Roch (Université de Sherbrooke).

« J’ai toujours su que j’étais capable de faire de grandes choses dans cette ligue. Par contre, le football reste un sport d’équipe. Il a fallu des gars pour me protéger et d’autres pour attraper le ballon », répond celui qui a remporté le trophée Hec Crighton, remis au footballeur par excellence à l’échelle canadienne, à l’issue de la saison 2016 où il avait amassé 3186 verges par la voie des airs.

En attente des Argos

Un jeune joueur de football porte les couleurs des Rams de l'Université de ReginaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Réginois ne sait toujours pas s’il rejoindra les Argos l’an prochain ou s’il travaillera dans le domaine des finances.

Photo : Radio-Canada

Le 10 mai dernier, Noah Picton a signé un contrat avec les Argonauts de Toronto qui l’ont par la suite renvoyé à Regina. Sera-t-il du prochain camp d’entraînement des Argos?

« J’ai parlé à leur directeur général Jim Popp la semaine dernière. Il m’a dit de prendre le temps de guérir, de revenir en santé et qu’on allait se parler après la saison. Je ne sais pas encore ce qui va se passer. On verra bien », précise-t-il.

Pour lui, être un quart-arrière canadien dans la Ligue canadienne de football (LCF), ce serait tout un honneur dans un circuit qui n’en aligne qu’un seul, soit Brandon Bridge, des Roughriders de la Saskatchewan.

Dans la mesure où l’organisation torontoise ne retient pas ses services, Picton serait très serein à l’idée d’accrocher ses crampons. « Je suis fier de mon parcours. J’aimerais bien que ma carrière se poursuivre, mais sinon, j’ai hâte de mettre tout mon temps, toute mon énergie et toute ma passion ailleurs », répond l’étudiant en administration des affaires qui se verrait bien œuvrer dans le monde des finances.

Il n’exclut pas la possibilité de devenir entraîneur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !