•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Fransaskois, grands oubliés des discours du Trône en Saskatchewan

Le discours du Trône sera prononcé mercredi au palais législatif de la Saskatchewan pour souligner la reprise des travaux des membres de l'Assemblée.

Le discours du Trône sera prononcé mercredi au palais législatif de la Saskatchewan pour souligner la reprise des travaux des membres de l'Assemblée.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour souligner la reprise des travaux à l'Assemblée législative de la Saskatchewan, mercredi, le lieutenant-gouverneur provincial prononcera un discours permettant d'établir les priorités et les engagements du gouvernement. Mais, traditionnellement, la présence de la communauté fransaskoise est mince, voire absente, de ces longues annonces.

Un texte d’Andréanne Apablaza

Depuis 1995, les Fransaskois n’ont été mentionnés qu’une seule fois dans le discours du Trône. Seul celui de 2006, sous le gouvernement néo-démocrate de Lorne Calvert, en a parlé.

« Mon gouvernement dynamisera nos relations avec la communauté fransaskoise en s'occupant particulièrement les besoins des francophones de la Saskatchewan dans les secteurs de l’immigration et de l’emploi », a déclaré le lieutenant-gouverneur de l'époque, Gordon Barnhart.

Un an plus tard, ce gouvernement a été défait après 15 ans au pouvoir, par le Parti saskatchewanais de Brad Wall.

L’an dernier, le français avait été mentionné dans le discours du Trône de la lieutenante-gouverneure Vaughn Solomon Schofield.

Le gouvernement s’était engagé à améliorer la qualité de l’enseignement du français dans les écoles francophones et les programmes d’immersion. Il souhaitait s'attarder au recrutement et à la rétention des enseignants et établir notamment des partenariats avec d'autres provinces, dont le Québec.

« La Saskatchewan, comme les autres provinces, a du mal à recruter et à maintenir en poste les enseignants et les éducateurs de la petite enfance dans les programmes francophones et d’immersion française, avait déclaré Mme Schofield. Dans l’année à venir, mon gouvernement travaillera de concert avec les autres provinces, notamment le Québec, pour établir des partenariats qui permettront d’améliorer la qualité de l’enseignement du français et du français langue seconde aux élèves. »

Attentes pour 2018

Le lieutenant-gouverneur, Thomas Molloy, prononcera son discours du Trône en guise d'ouverture officielle de cette nouvelle session.

Le président de l'Assemblée communautaire fransaskoise, Denis Simard, espère que, cette année encore, le discours fera mention du français et de l'éducation.

« Nous sommes des citoyens à parts égales en Saskatchewan, nous représentons 5 % de la population. On voudrait qu’il y ait une reconnaissance, qu’on parle d’éducation, de sa qualité, qu’on parle de nos organismes communautaires qui contribuent à la vitalité de notre province », explique Denis Simard.

« Comme, souvent, c'est le cas d'une minorité, la majorité, parfois, nous prend pour acquis, ou nous oublie. C'est notre devoir de continuer à lui rappeler qu'on est là. Moi, j'ai l'intention d'être là justement à cette Assemblée au moment du discours et je vais m'assurer que les gens savent qu'il y avait des francophones dans la salle », ajoute le président.

Le premier ministre, Scott Moe, s’est dit impatient de commencer les discussions avec les membres de l’Assemblée législative. Il dit qu’il sera notamment question de l’équilibre du budget, de la stratégie climatique provinciale et de la taxe carbone.

Scott Moe souhaite aussi continuer à investir dans les services pour les communautés comme les soins de santé, l’éducation et l’éducation postsecondaire.

Le chef de l’opposition néo-démocrate, Ryan Meili, souhaite, quant à lui, que le gouvernement s’engage notamment à stimuler l’économie de la province et à résoudre le problème des écoles surchargées.

Ce discours marquera le début de la troisième session de la 28 e Assemblée législative de la Saskatchewan, qui se poursuivra jusqu'en décembre. La cérémonie de mercredi débutera à 13 h 25 au palais législatif de Regina. Le public est invité à y assister.

Saskatchewan

Politique provinciale