•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un test pour éviter la coloscopie? Oui, ça se peut!

Elizabeth Herring est assistante de recherche et travaille avec l'équipe du Dr Jean-François Beaulieu. Ils élaborent un nouveau test pour détecter le cancer colorectal plus rapidement.

Elizabeth Herring est assistante de recherche et travaille avec l'équipe du Dr Jean-François Beaulieu. Ils élaborent un nouveau test pour détecter le cancer colorectal plus rapidement.

Photo : Radio-Canada / Emilie Richard

Radio-Canada

Vous rencontrez votre médecin de famille et il soupçonne un risque de cancer colorectal. Pas si surprenant puisque c’est l'une des formes de cancer la plus souvent diagnostiquée au Canada. Une coloscopie vous permettra d’en avoir le coeur net. Oui, mais. « Ça coûte cher et ce n’est pas intéressant [pour le patient] », en convient le chercheur Jean-François Beaulieu. Avec son équipe du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), il est en train de mettre au point un test diagnostic plus précis aux nombreux avantages. Explications.

Le sang dans les selles est un indicateur potentiel de cancer. En ce moment, sa présence est détecté par un test communément appelé FIT. Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles il peut y avoir du sang dans les selles. Donc, pendant deux ou trois mois, les gens s’imaginent avoir le cancer, perdent deux jours de travail pour la coloscopie pour finalement se faire dire, c’est beau, on se revoit dans cinq ans, explique Dr Jean-François Beaulieu qui s’intéresse au cancer colorectal depuis une vingtaine d’années.

Le tube du test FIT qui permet de contenir l'échantillon de selles. Le test sur lequel travaille Dr Jean-François Beaulieu prendra éventuellement cette forme.

Le tube du test FIT qui permet de contenir l'échantillon de selles. Le test sur lequel travaille Dr Jean-François Beaulieu prendra éventuellement cette forme.

Photo : Radio-Canada / Emilie Richard

Au fil du temps, il s’est rendu compte que les cellules présentes dans les échantillons de selles demeurent en quelque sorte vivantes. Tous les cancers ne saignent pas, mais tous les cancers libèrent [un certain type] de cellules et ces cellules restent, étonnamment, fonctionnelles, explique celui qui coordonne toute une équipe de chercheurs et de spécialistes.

Ensemble, ils ont réussi à analyser des biomarqueurs présents dans les selles, comme des acides nucléiques et des protéines, qui sont synonymes de cancer. Le nouveau test diagnostic serait donc des plus efficaces pour les patients qui ont un cancer, mais qui ne saignent pas. À un moment donné, ces gens-là vont chez le médecin et ils ont des symptômes et ils se font dire qu’ils ont un cancer de stade quatre, qu’il n’y a plus rien à faire, commente Dr Beaulieu.

Ce dernier souhaite, du même coup, réduire les cas les plus sévères. Quand on détecte les cancers au stade adénome avancé, la coloscopie devient un outil thérapeutique et non plus un outil diagnostic, renchérit le chercheur.

Dans d’autres cas, la coloscopie peut même être évitée. Si le test FIT sort positif et que nous disons que c’est négatif, la coloscopie ne presse pas. Si le test FIT est positif et que nous aussi, alors la coloscopie doit être faite en dedans de deux semaines et non pas entre deux ou trois mois, explique celui qui espère ultimement faire diminuer les listes d’attente pour une coloscopie. On veut prioriser les patients et ne pas les envoyer faire une coloscopie pour rien, résume-t-il.

Dr Jean-François Beaulieu s'intéresse au cancer colorectal depuis une vingtaine d'années.

Dr Jean-François Beaulieu s'intéresse au cancer colorectal depuis une vingtaine d'années.

Photo : Radio-Canada / Emilie Richard

Après plus de cinq ans de recherche, l’équipe du Dr Beaulieu est tout près du fil d’arrivée. On veut enclencher le processus [de tests] sur une population plus large pour valider nos biomarqueurs. Ils sont identifiés, caractérisés. Maintenant, on est à la recherche de financement pour tester environ 500 patients. L’objectif est de rendre le test accessible d’ici deux ans.


Utiles aussi pour les prématurés

Depuis plus de 10 ans, Dr Jean-François Beaulieu travaille aussi, en collaboration avec d’autres universités, à identifier et à caractériser des biomarqueurs dans les selles des nouveau-nés prématurés. L’identification de ces derniers permettrait de diagnostiquer chez les jeunes patients l’entérocolite nécrosante (ECN). Cette maladie inflammatoire intestinale représente la principale cause de mortalité chez les patients des unités de soins intensifs en pédiatrie, précise-t-il.

J’ai le congélateur plein d’échantillons de selles de prématurés pour faire des tests. Éventuellement, on va pouvoir dire, lui, on le surveille. Il va développer la maladie dans trois jours, explique-t-il.

Ce passionné de recherches préfère ne pas divulguer le nombre d’années passées entre les murs du centre hospitalier. Ça fait trop longtemps, les gens ne pensent pas que je suis rendu à ce stade et ça fait mon affaire, exprime-t-il en riant. Sans aucun doute, malgré toutes ces années, la motivation est encore bien présente. C’est d’arriver à dire, on a développé un test pour détecter, soit le cancer, soit l’entérocolite. Moi, une fois que j’aurai fait ça, je me dis que ma recherche aura servi à quelque chose, conclut-il, bien humblement.

Qu'est-ce que la coloscopie?

La coloscopie est un examen qui permet d'évaluer le côlon à l'aide d'un tube muni d'une caméra à son extrémité. L'examen dure environ 30 minutes et se fait avec ou sans sédation.

À lire aussi : Avaler une caméra? Pourquoi pas!

Estrie

Recherche médicale