•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SnapCrap, l'appli anti-crottes à San Francisco

Six chiens sont couchés le long du parapet face à la mer. Ils ont des laisses autour du cou et attendent le préposé pour leur promenade.

Les excréments de chiens à San Francisco sont une nuisance pour les citadins.

Photo : getty images/istockphoto / jul3s83

Agence France-Presse

San Francisco, ville de la techno et... des crottes. C'est ce qui a poussé un développeur à créer l'appli SnapCrap pour photographier les déjections canines et humaines sur la voie publique et demander, en temps réel, le passage de la voirie.

Avec son nom (« crap » signifie « merde », en moins vulgaire) et son logo (un étron stylisé blanc sur fond jaune), l'application gratuite sur iOS (Nouvelle fenêtre) et Android (Nouvelle fenêtre) lancée au début d'octobre parodie à l'évidence le réseau social Snapchat.

Une illustration de caca de couleur blanche sur fond mauve.

Une capture d'écran de l'application.

Photo : Radio-Canada

Une fois que l'objet du délit est pris en photo, l'appli, très basique, le géolocalise automatiquement, propose des légendes humoristiques et permet d'envoyer le tout aux services municipaux, le 311.

Dans un entretien à une chaîne locale, son développeur, Sean Miller, a dit avoir été particulièrement choqué de devoir passer son temps à contourner déjections canines et, surtout, humaines dans les rues de la ville lorsqu'il y a emménagé.

Selon lui, son application est bien plus simple à utiliser et plus rapide que l'application officielle de la Ville, SanFrancisco311.

Au-delà de l'anecdote, cette initiative illustre un souci devenu très sérieux pour cette ville de près de 900 000 habitants, confrontée à une crise du logement et à une explosion sans précédent des prix de l'immobilier, dues à l'explosion de la techno.

Célèbre pour ses nombreuses entreprises technologiques, San Francisco est aussi connue pour la saleté de certains quartiers, un problème en grande partie attribué aux milliers d'itinérants qui y vivent et qui n'ont d'autre choix que de se soulager sur la voie publique.

Selon le San Francisco Chronicle, le 311 reçoit 65 appels par jour d'habitants signalant des crottes à nettoyer. La Ville, qui considère que c'est devenu l'un de ses principaux problèmes, vient même de décider de lancer une poop patrol (« brigade caca »).

Composée de cinq employés, elle est chargée de nettoyer le quartier du Tenderloin, particulièrement touché par ce phénomène et qui abrite près de la moitié des itinérants de la ville.

Techno