•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 15 ans, le Concorde tirait sa révérence

    Le Concorde atterrit à l'aéroport d'Heathrow à Londres.
    L'avion supersonique Concorde effectue son dernier vol le 24 octobre 2003. Photo: Radio-Canada / Reportage de l'émission Aujourd’hui du 24 octobre 2003

    Le 24 octobre 2003, le Concorde effectue son dernier vol commercial après plus de 34 ans de service. Le « grand oiseau » avait pourtant connu des débuts pleins de promesses. Retour en archives sur le dernier vol de cet appareil supersonique.

    Une révolution aéronautique

    Il n’est pas indifférent pour la clientèle de Paris, de New York, de Londres de pouvoir faire l’aller-retour avec une pleine journée de travail à destination. Avec un avion supersonique, c’est tout à fait faisable.

    M. Dufour, directeur des usines de Sub Aviation, à Toulouse

    L’idée derrière la création du premier avion supersonique, imaginé au cours des années 1950 et 1960, est révolutionnaire pour l’époque. Il s’agit de construire un appareil capable de franchir la barrière du son. Cela permettrait ainsi de transporter des passagers le plus rapidement possible d’un point à l’autre sur la planète.

    Créé en partenariat entre la France et la Grande-Bretagne, le Concorde est un exploit technologique remarquable. Il permet un rayonnement du génie aéronautique européen à l’échelle mondiale.

    Bien que la fabrication des pièces de l’appareil soit une collaboration paneuropéenne, son assemblage s’effectue à Toulouse, en France, par près de 150 ouvriers. Le travail est colossal, s’échelonnant sur plusieurs mois avec comme date butoir le vol inaugural du 28 février 1968.

    Il n’aura pourtant lieu qu’un an plus tard, en mars 1969. Cette même année, au mois d’octobre, le Concorde réalise l’exploit de franchir pour la première fois le mur du son.

    Le journaliste Raymond Charrette se rend à Toulouse à l’émission Atome et galaxies du 11 novembre 1966 afin de témoigner du progrès dans la construction du Concorde.

    Bien que les premiers vols aient eu lieu en 1969, il faudra attendre sept ans avant le début des vols commerciaux. Les premiers passagers du supersonique s’envolent le 21 janvier 1976, en partance de Paris à destination de Rio De Janeiro.

    Pendant les trois décennies de service, le « grand oiseau » franchit deux fois le mur du son. Il atteint une vitesse telle que l’avion est plus rapide que la rotation de la Terre.

    Volant en moyenne à 2100 kilomètres-heure, le Concorde pouvait effectuer le vol transatlantique entre Paris et New York en trois heures et demie.

    Une tragédie marque le début de la fin

    L'avion commercial le plus rapide du monde est certes un immense succès technologique, mais il connaît un véritable échec commercial, et cela, pour de nombreuses raisons.

    On déplore notamment la pollution auditive causée par les moteurs de l’avion. À un point tel que l’aéroport de New York interdit au Concorde d’atterrir pendant un certain temps.

    Le coût élevé du pétrole entraîne également une hausse effarante des prix du billet. En 2000, le billet se vend à près de 11 000 $ par personne.

    Puis, une tragédie frappe.

    Le 25 juillet 2000, un Concorde de la compagnie Air France s’écrase au moment du décollage. L’accident entraîne dans la mort les 109 passagers et membres d’équipage, ainsi que quatre personnes au sol.

    L’avion, qui faisait la liaison Paris et New York, prend feu quelques secondes après avoir décollé et s’écrase quelques mètres plus loin, dans un champ.

    Il s’agit de la première et seule tragédie du supersonique depuis sa création.

    Au Téléjournal du 25 juillet 2000, en rapportant l’événement funeste, le journaliste Hugues Poulin évoque déjà la retraite anticipée du vieux supersonique à la suite de cet incident.

    C’est à peine trois ans après la tragédie que, comme prédit, le Concorde se retire de la circulation.

    Le supersonique rentre au hangar

    Le Concorde est retiré des airs le 24 octobre 2003, après avoir effectué une dernière liaison entre New York et Londres. L’avion, opéré par la compagnie British Airways, atterrit dans la capitale anglaise avec à son bord le gratin d’Hollywood et du monde des affaires.

    Une page de l’histoire civile de l’aviation venait d’être tournée.

    Guy Lapointe, journaliste

    L’événement est empreint de nostalgie, tant pour les équipes à bord que pour les passagers et les propriétaires du « grand oiseau », Air France et British Airways.

    Mais l’aventure supersonique battait de l’aile depuis trop longtemps. L’engouement pour le Concorde avait pris un dur coup avec l’écrasement en 2000 et, surtout, il n’était plus rentable.

    On prévoyait en 1966 que les coûts de la fabrication de supersoniques entre 1970 et 1980 s’élèveraient à 50 milliards de dollars. L’aventure supersonique aura coûté 34 milliards de dollars à la France et la Grande-Bretagne jusqu’en 2003.

    Le journaliste Guy Lapointe assiste à la fin du Concorde à l’émission Aujourd’hui du 24 octobre 2003.

    Le supersonique n’aura connu la gloire que pendant trois décennies. Une vie bien courte, mais qui a tout de même révolutionné le monde de l’aviation.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Économie