•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle mairie de Toronto aura plusieurs défis à surmonter

John Tory prononce son discours de victoire.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

À Toronto, le maire nouvellement réélu, John Tory, a du pain sur la planche. Bien qu'il eut été réélu facilement, M. Tory devra travailler avec un conseil municipal radicalement modifié.

Une analyse de Lyne-Françoise Pelletier

M. Tory a perdu plusieurs alliés en raison de la réduction du nombre de conseillers municipaux imposée par le gouvernement conservateur de Doug Ford. Certains conseillers sortants ne se sont même pas présentés aux élections municipales, comme Glenn De Baeremaeker, David Shiner et Cesar Palacio.

D'autres ont tout simplement été défaits.

Le maire s'affirme prêt à travailler avec quiconque a été élu.

Ces élus ont à coeur les intérêts de la ville.

John Tory, maire de Toronto

M. Tory souligne que les Torontois lui ont donné un mandat important pour garder le cap sur les priorités de la Ville en matière de transport en commun, de logement abordable et d'investissements dans l'avenir des jeunes moins nantis.

Mais l'esprit de collaboration du maire pourrait être mis à l'épreuve au cours des quatre prochaines années.

Tous les conseillers sortants qui lui ont donné du fil à retordre durant son mandat, comme Josh Matlow au sujet du métro de Scarborough, ont été réélus. Ils forment presque la moitié du nouveau conseil. L'autre moitié rassemble des élus avec lesquels M. Tory a plus d'affinités.

Cabinet du maire

En 2014, John Tory avait composé son cabinet exclusivement avec des conseillers municipaux issus des quartiers en périphérie.

Il n'avait nommé aucun élu du centre-ville de Toronto à la tête d'un des sept comités prioritaires tels que les travaux publics, le développement économique et la planification urbaine.

Reste à voir qui fera partie de son cabinet cette fois.

La tâche était plus simple avec 44 représentants municipaux. Maintenant, le maire Tory devra choisir parmi 25 personnes.

Autres changements

Les élus municipaux devront aussi se pencher sur la structure gouvernementale de l'hôtel de ville et y apporter des changements importants.

Les 25 élus ne sont pas en nombre suffisant pour pourvoir plus d'une centaine de postes au sein des comités, des agences et des commissions municipales.

Si aucun changement n'est effectué, les conseillers municipaux devront siéger à deux à trois comités prioritaires, au conseil communautaire de leur région et à une des 65 agences municipales en plus d'assister à la réunion mensuelle du conseil.

Et c'est sans compter, la Commission de transport de Toronto et la Commission des services de police.

Autrement dit, les élus seront continuellement en réunion à l'hôtel de ville. Ils passeront donc peu de temps à régler les problèmes des résidents de leur quartier électoral à moins qu'ils laissent cette tâche entre les mains de leur personnel ou des fonctionnaires municipaux.

Une nouvelle ère commencera à l'hôtel de ville de Toronto dès le 4 décembre, jour de l'assermentation des élus.

Toronto

Politique municipale