•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pêche au sébaste : les tests se poursuivent

Voyage de pêche sur le golfe.

Voyage de pêche sur le golfe

Photo : Dan Cotton

Radio-Canada

Un premier voyage scientifique de pêche au sébaste se déroulera cette semaine. Le pêcheur Dan Cotton est parti lundi midi avec une équipe du centre de recherche Merinov pour tester un nouveau type de chalut. Ces voyages s'inscrivent dans une relance à plus grande échelle de la pêche au sébaste.

Un texte de Joane Bérubé

Il s’agit d’un engin de pêche qui protège le fond marin et qui pourrait permettre de sélectionner les prises, par tailles et par espèces.

D’autres tests en mer sont prévus pour le printemps. Le pêcheur madelinot Bruno-Pierre Bourque, qui participe aussi au projet de recherche de Merinov, prévoit pour sa part effectuer trois voyages de recherche au cours des prochaines semaines.

Les deux pêcheurs sont également sortis en mer pour tester des engins de pêche plus tôt cet automne, mais dans les deux cas, le voyage a été écourté par des bris.

Les pêcheurs disposent d’une courte fenêtre pour réaliser leurs pêches automnales puisque le sébaste du golfe, selon certaines observations, migre en hiver vers les plateaux néo-écossais.

En juin dernier, Pêches et Océans a autorisé une pêche indicatrice au sébaste d’un quota de 2000 tonnes et une pêche expérimentale de 2500 tonnes dans le golfe Saint-Laurent (unité1).

Les données recueillies lors de la pêche expérimentale visent à développer une pêche durable au sébaste.

Le ministère souhaite que les engins de pêche, éventuellement autorisés lors d’une pêche à plus grande échelle, permettent de réduire au minimum les prises de sébaste de taille non réglementaire ainsi que celles d’autres espèces. Pêches et Océans veut aussi que les engins de pêche puissent cibler une ou l’autre des deux espèces de sébaste. Enfin, ces recherches s’intéressent aussi à la reproduction et à la répartition du sébaste.

Il y aurait actuellement dans le golfe 2,7 millions de tonnes de sébastes, la plupart de petites tailles, nés en 2011, en 2012 et en 2013.

Plumes de mer et sébastes dans l'eauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plumes de mer et sébastes dans l'eau

Photo : Canadian Scientific Submersible Facility/ROPOS, Pêches et Océans Canada et Oceana Canada

Il y a donc beaucoup de sébastes dans le golfe, mais ces poissons sont jeunes et de petite taille. Une reprise plus intensive de la pêche devra permettre de protéger les poissons plus jeunes, d’autant plus que l’espèce vit au-delà de 70 ans et peut atteindre une taille de 60 cm.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches