•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ancien parc olympique de Calgary en ruine, selon des sportifs

Un tremplin de ski entouré d'herbe à l'apparence morte.

L'état du complexe sportif WinSport attriste l'ancien sauteur à ski canadien Horst Bulau.

Photo : CBC / Terri Trembath

Radio-Canada

Une installation utilisée pendant les Jeux olympiques de 1988 à Calgary a connu des jours meilleurs, selon des professionnels du domaine sportif.

Le président de Saut à Ski Canada (SJC), Todd Stretch, n'est pas convaincu que le Parc olympique WinSport soit en assez bon état pour accueillir des athlètes. Selon lui, le parc situé au bord de l'autoroute périphérique au nord-ouest de Calgary envisage d'accueillir des skieurs pour près de 10 000 sauts d'entraînement durant la prochaine année.

Des graffitis, de la rouille et des mauvaises herbes camouflent les jours de gloire d'une zone où les spectateurs observaient autrefois les meilleurs athlètes du monde. La tour de 120 mètres — soit le plus grand tremplin — n'a pas ni eau courante ni électricité.

J'aurais tendance à privilégier la sécurité. Il y a 30 ans, les tremplins étaient flambant neufs. Mais, comme une maison, ce genre d'installation demande de l'entretien avec le temps.

Todd Stretch, président de SJC

L'ancien sauteur à ski canadien Horst Bulau connaît bien les tremplins du parc WinSport, puisqu'il les a utilisés en 1988. Il était sous le choc en apercevant des photos récentes du complexe sportif.

Des cabanes pour athlètes abandonnées et couvertes de graffitis.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Du graffiti, de la rouille et de mauvaises herbes camouflent les jours de gloire du parc utilisé lors des Jeux olympiques de 1988 à Calgary.

Photo : CBC / Terri Trembath

Ça me rend triste. Je peux vous dire que c'est dur à voir.

Horst Bulau, ancien athlète olympien

Les rénovations coûteraient des centaines de milliers de dollars, selon M. Stretch, et la majorité des factures sont tombées entre les mains de SJC.

Le président de l'organisme de sport dit n'être que partiellement responsable de l'état des lieux, avec WinSport Canada, l'organisation qui gère le parc.

Todd Stretch devant un arbre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Todd Stretch est le président de Saut à Ski Canada (SJC). Il dit que son organisme partage la responsabilité de rénover le complexe sportif avec WinSport Canada.

Photo : CBC / Terri Trembath

« Nous faisons tout ce que nous pouvons pour amener des commanditaires et aider WinSport », explique Todd Stretch.

CBC/Radio-Canada a tenté de communiquer avec WinSport pour discuter de travaux d'entretien éventuels, mais sans recevoir de réponse.

Alberta

Sports