•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député Daniel Guitard sera président de l'Assemblée législative

Daniel Guitard, député libéral de Restigouche-Chaleur

Daniel Guitard, député libéral de Restigouche-Chaleur

Photo : CBC/Jacques Poitras

Radio-Canada

Après quelques heures de délibération, les libéraux choisissent le député de Restigouche-Chaleur, Daniel Guitard, comme prochain président de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick.

Le choix est tombé lundi à 17 h. C'était l'heure limite pour proposer sa candidature à ce poste.

Tous les députés des autres partis ont refusé d’exercer la fonction de président de l’Assemblée.

Les libéraux se retrouvent donc avec 20 députés en Chambre, contre 22 pour les progressistes-conservateurs, et 3 pour le Parti vert et l'Alliance des gens.

Le vote sur le discours du Trône aura lieu le 2 novembre, selon le directeur général du Parti libéral, Keiller Zed. Le chef libéral, Brian Gallant, a déclaré lundi après-midi qu'il va demander à ce que ce vote soit libre.

Brian Gallant au lutrin devant les membres de son caucus sur les marches de l'AssembléeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef libéral Brian Gallant et le caucus libéral du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Élisa Serret

Plus tôt en journée, Brian Gallant a mentionné qu'un président sera en place de façon à pouvoir présenter un discours du Trône mardi.

Le président de l'Assemblée législative est essentiel pour que l'Assemblée législative puisse siéger. Si l'impasse avait persisté, la province aurait pu se retrouver de nouveau en élection, ce que Brian Gallant souhaite éviter.

Advenant une impasse, la lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick aurait aussi pu demander au Parti progressiste-conservateur de former un gouvernement.

Trois députés marchent en souriantAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des députés libéraux étaient tout sourire à leur arrivée à la réunion du caucus, lundi matin.

Photo : CBC/Jacques Poitras

Aucun parti n'a obtenu la majorité à l’issue des élections générales du 24 septembre, une première depuis près de 100 ans.

Les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs ont gagné 22 sièges, contre 21 pour les libéraux de Brian Gallant. L’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, dirigée par Kris Austin, et le Parti vert du Nouveau-Brunswick, dirigé par David Coon, ont remporté trois sièges chacun.

Espérant obtenir l’appui de la Chambre, le premier ministre Gallant a affirmé que le discours du Trône comprendra des éléments des plateformes électorales des autres partis politiques.

Keiller Zed parle au téléphoneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le vote sur le discours du Trône aura lieu le 2 novembre, affirme le directeur général du Parti libéral, Keiller Zed.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Brian Gallant a mentionné lundi que le discours du Trône comprendra des mesures pour améliorer le service d'ambulance et réagir à la pénurie d'ambulanciers paramédicaux. Il y aura aussi des propositions pour répondre aux inquiétudes des Néo-Brunswickois quant à l'épandage de glyphosate, a souligné le chef libéral.

Il a également déclaré que le discours du Trône proposera des initiatives pour un retour à l'équilibre budgétaire en 2020-2021.

Un homme portant des lunettes vu de près.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le chef du Parti progressiste-conservateur, Blaine Higgs, a répété lundi que peu importe le contenu du discours, il ne fait pas confiance à Brian Gallant. Il croit que les libéraux ont peu de chances d’obtenir la confiance de l’Assemblée législative le 2 novembre.

Avec des renseignements de Nicolas Steinbach et Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale