•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cellulaire pourrait être en cause dans la mort de Noémie Côté

Le coroner dévoile son rapport dans l'accident qui a coûté la vie à Noémie Côté

L'accident qui a causé la mort de Noémie Côté, le 26 octobre 2017, pourrait avoir été provoqué par une distraction causée par son cellulaire.

C’est la conclusion à laquelle arrive la coroner Nancy Bouchard, qui a mené l’enquête. Dans son rapport, elle révèle que la conductrice a texté au volant de nombreuses fois le jour de sa mort.

 [...] elle a échangé 16 messages texte entre 7 h 07 et 7 h 32 avec un ami alors que, vraisemblablement, elle conduisait son véhicule. Elle a également eu des conversations téléphoniques avec une autre personne , peut-on lire dans le rapport de la coroner.

La jeune femme de 24 ans est décédée lorsque sa voiture est entrée en collision avec un poids lourd face aux Serres Dame Nature, à Saint-Gédéon.

L’analyse de la coroner révèle aussi qu’il se peut que l'alcool ait été un facteur contributif dans cet accident. La jeune femme avait bu du vin et de la bière.

Au moment de la collision, elle a été éjectée de sa voiture. L'état de son corps a forcé les autorités sur place à faire un constat de mort évidente.

Les distractions au volant causent de plus en plus d’accidents

Selon la Sûreté du Québec, les distractions au volant causent maintenant plus d'accidents que l'alcool.

En 2017, 24 collisions mortelles ont été causées par des distractions par rapport à 17 en 2016.

 À 100 km/h, donc sur l'autoroute, un contact visuel perdu pendant cinq secondes, ça représente 139 mètres, donc 27 véhicules stationnés bout à bout. C'est important de garder un contact visuel en tout temps avec la chaussée et d'être conscient que perdre le contact avec la route, ça représente un peu une conduite avec les facultés affaiblies , explique Hugues Beaulieu, porte-parole de la Sûreté du Québec.

La recrudescence des accidents de la route liés à une distraction ne surprend pas Martin Vallière, membre du réseau de recherche en sécurité routière au Québec.

 Les gens sont de plus en plus distraits. C'est peut-être parce que la conduite n'est plus la première tâche, alors que ce devrait l'être. Les gens ont tendance aussi, par leur manque de temps et leur urgence de vivre, de vouloir faire autre chose alors qu'ils conduisent. C'est ce qui amène cette recrudescence d'accidents par rapport aux distractions , souligne Martin Lavallière, qui est aussi chercheur à l'UQAC.

Les distractions incluent les cellulaires de même que toutes les autres technologies qui prennent de plus en plus de place dans les voitures.

Saguenay–Lac-St-Jean

Accident de la route