•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bureau de projet de la ligne rose officiellement créé

Valérie Plante au lutrin de la Ville de Montréal

La mairesse Valérie Plante a lancé officiellement la création du bureau de projet de la « ligne rose » du métro deux semaines avant l'anniversaire de son élection à la mairie.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Jérôme Labbé

Malgré les réserves du nouveau gouvernement caquiste de François Legault, l'administration de Valérie Plante crée un bureau de projet en vue d'ajouter une « ligne rose » au réseau du métro de la Société de transport de Montréal (STM).

Le bureau de projet relèvera de la Ville de Montréal et disposera de sa propre équipe. Un million de dollars lui seront consacrés dans le budget 2019 de l’administration Plante-Dorais, qui sera présenté le 8 novembre.

Un comité consultatif, composé d’une demi-douzaine d’experts, sera créé de pair avec le bureau de projet pour l’aider à jeter « un éclairage différent et complémentaire au processus ». Le cofondateur d’Équiterre, Sidney Ribaux, en fera notamment partie.

L'annonce a été faite lundi matin par la mairesse Valérie Plante, accompagnée du responsable des transports au comité exécutif de la Ville de Montréal, Éric Alan Caldwell. Elle survient à deux semaines du premier anniversaire de l'élection de leur formation politique, Projet Montréal, à l'Hôtel de Ville.

« C'est un cri du coeur que j'envoie, mais ça demeure la seule et unique façon de vraiment contribuer de façon notable et efficace contre les changements climatiques, a lancé Mme Plante. Et pour atteindre nos cibles québécoises et montréalaises de réduction des gaz a effet de serre, c'est le transport. »

Le bureau de projet sera intégré au nouveau Service de l'urbanisme et de la mobilité dans la cadre d'une importante réorganisation de la structure administrative de la Ville de Montréal qui devrait être adoptée par le conseil municipal du mois prochain.

Plan du métro de Montréal incluant le projet de ligne rose

Après les trois phases proposées par Projet Montréal, la ligne rose se rendrait vers l'ouest jusqu'à Lachine.

Photo : Projet Montréal

Le bureau de projet est officiellement lancé trois semaines après l'élection à l'Assemblée nationale d'un gouvernement majoritaire de la Coalition avenir Québec (CAQ), dont le chef, François Legault, s'est toujours montré sceptique face au projet phare de Mme Plante.

Tout au plus M. Legault s'est-il montré ouvert à un train de surface, pendant la campagne électorale.

Son prédécesseur, le libéral Philippe Couillard, s'était pour sa part montré beaucoup plus ouvert à l'idée.

Même chose pour l'ancien ministre Martin Coiteux, qui a cédé la responsabilité de la métropole jeudi dernier à la nouvelle députée caquiste de Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, une ancienne adversaire politique de Mme Plante.

Mme Rouleau d'ailleurs réitéré la position de son parti, lundi. « La ligne rose de métro, tel que ça a été présenté initialement, nous ne sommes pas en faveur, a-t-elle indiqué. Mais de voir la pertinence d'un moyen de transport, d'une ligne de transport ou d'une technologie qui serait peut-être plus adéquate, on n'est pas contre. »

Chantal Rouleau dans le Salon rouge de l'Assemblée nationale.

Mme Rouleau a été assermentée en tant que ministre jeudi dernier.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

En entrevue avec Patrice Roy au Téléjournal Grand Montréal, le nouveau ministre des Transports, François Bonnardel, a tenu des propos similaires, lundi soir.

La ligne rose n'est pas dans ses plans, a-t-il confirmé, précisant que son gouvernement priorisait plutôt le prolongement des lignes bleue et jaune, de même que le Réseau express métropolitain (REM).

M. Bonnardel n'a toutefois pas protesté contre la plus récente annonce de Valérie Plante. « C'était l'engagement de la mairesse de mettre de l'avant la ligne rose », a-t-il rappelé, indiquant qu'il souhaitait « utiliser » les données qui seront recueillies par le bureau de projet « pour être capable d'évaluer la mobilité ».

Dans tous les cas, le projet fera l'objet d'une étude préliminaire de l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

Le bureau de projet et le comité consultatif travailleront de manière complémentaire à l'ARTM, a expliqué la mairesse lundi. Ils se pencheront sur les impacts du tracé de la ligne rose sur le territoire de la Ville de Montréal, tandis que l'ARTM s'intéressera aux technologies disponibles.

« Leurs recommandations seront prises en compte » promet l'ARTM, qui rappelle que « les projets structurants [qu'elle étudie] sont soumis à la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique qui émane du Secrétariat au Conseil du trésor », donc du gouvernement du Québec.

Entrevue avec François Bonnardel

« Un bureau de lobby », déplore l'opposition

La création de ce bureau de projet est « prématurée », croit Lionel Perez, chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville, qui rappelle que « tout le monde était d'accord pour attendre les résultats de l'ARTM avant de procéder ».

« Il y a un acharnement sur la ligne rose comme quoi c'est la vérité absolue et [que] c'est la seule option, sans avoir encore de cadre financier, sans avoir d'études et d'analyses là-dessus », a-t-il tonné. « Qu'on laisse l'ARTM, justement, faire ses devoirs. »

Qualifiant l'annonce de lundi d'« opération de relations publiques » − un reproche qui revient souvent dans la bouche de M. Perez − le chef par intérim d'Ensemble Montréal a accusé son adversaire de « politiser » un enjeu qui, selon lui, devrait être apolitique.

« Ce n'est rien d'autre qu'un bureau de lobby qui est en train d'être créé en réaction à l'élection du gouvernement caquiste », a-t-il jugé, quelques minutes avant le début de la réunion du conseil municipal de lundi après-midi.

Enfin, M. Perez s'est montré dubitatif quant aux chances d'assister au début des travaux d'ici 2021, tel que promis à l'automne 2017. « C'est clair que ça n'arrivera pas : ça lui a pris un an juste pour créer le bureau de projet », a-t-il déclaré en anglais.

Un projet ambitieux

Telle que présentée pendant la campagne électorale de novembre 2017, la future ligne rose relierait Montréal-Nord à Lachine, en passant par le centre-ville de Montréal. Ce faisant, elle traverserait aussi plusieurs secteurs mal desservis à l'heure actuelle par le service de transport en commun, comme Saint-Léonard, le Vieux-Rosemont et Westmount.

L'idée derrière ce projet, évalué à environ 6 milliards de dollars, est de désengorger la ligne orange, où l'achalandage, aux heures de pointe, est tel qu'il a fait naître l'expression de « classe sardine », utilisée fréquemment par la mairesse.

Celle-ci s'est par ailleurs engagée à baptiser la plupart des nouvelles stations en l'honneur de femmes qui ont contribué à bâtir Montréal.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine et Véronique Prince

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale