•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan finance une société privée de transport d’employés

Un entrepôt où des personnes travaillent en déplaçant des cartons.
Depuis quatre ans, la Régie de la plaque tournante de transport mondial transporte des employés de l'entrepôt Loblaw dans ses bus privés. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Saskatchewan a attribué 500 000 $ à l'entreprise d'autobus de la Régie de la plaque tournante de transport mondial (GTH), qui a été créée pour offrir un service de transports aux employés de deux entreprises situées dans la GTH.

Au cours des quatre dernières années, la GTH a payé 1 433 000 $ à la compagnie First Canada, pour un service d'autobus adapté aux heures de travail des compagnies Loblaw et Emterra. À titre d'exemple, un employé peut aller à l'hôtel Doubletree Hilton, au centre-ville de Regina, pour prendre une navette qui le transporte jusqu'à son travail sur le terrain de la GTH. Le même service est offert à la fin de la journée.

En moyenne, First Canada transporte 900 passagers par mois dans ses autobus. La plupart d’entre eux travaillent chez le géant canadien de l'alimentation Loblaw, selon la Régie.

Depuis quatre ans, la GTH a reçu 934 000 $ des entreprises. Les 500 000 $ restants proviennent des contribuables.

Pendant une réunion du comité permanent sur l’économie mercredi, la députée du Nouveau Parti démocratique Cathy Sproule a posé des questions à propos de cette subvention. Elle a fait remarquer que la province a mis fin au service d'autobus public l’année dernière, justement parce qu’il nécessitait une subvention importante.

Le gouvernement est prêt à délaisser les personnes âgées, mais il est prêt à tout faire pour aider ses amis proches dans le monde des affaires.

Cathy Sproule, députée du Nouveau Parti démocratique

« Nous avons des personnes âgées, des mères célibataires et des personnes vivant dans la pauvreté qui n’ont pas accès à un transport public dans les milieux ruraux, et c’est une honte », a dénoncé Cathy Sproule dans une entrevue après la réunion du comité.

De l’argent « bien placé », selon le ministre Don Morgan

Le ministre provincial responsable de la GTH, Don Morgan, défend la décision de la Saskatchewan d’attribuer cet argent. « C’est un bon investissement quand on réalise la quantité d’argent que nous recevons de ces entreprises en impôts fonciers », a-t-il expliqué pendant les travaux du comité.

Selon un récent document de la GTH, Loblaw a environ 700 employés dans son hangar de stockage de 1 million de pieds carrés.

Je ne voudrais mettre en danger aucun de ces emplois et il ne faudrait pas que les gens pensent qu’ils ne seront pas capables de se rendre au travail.

Don Morgan, ministre provincial responsable de la Régie de la plaque tournante de transport mondial

Dans une entrevue au réseau de télévision Global, en 2013, le directeur général de Loblaw avait indiqué que la compagnie avait lancé son propre service de transport, parce que beaucoup d’employés n’avaient pas de véhicule personnel.

En 2014, le Centre de transport international créait son propre service de bus. Ce service avait pour but de « soutenir les clients de la GTH dans leurs efforts pour attirer de la main-d’oeuvre », selon son rapport annuel.

Questionné à ce sujet lors d'une rencontre du comité, Don Morgan a répondu : « Les entreprises pouvaient raisonnablement s'attendre à ce qu’un service de transport public soit offert quand elles se sont installées à cet endroit. » Il a indiqué que la subvention était une somme d'argent bien dépensée.

Bien qu'il ait défendu, la semaine dernière, la décision de la province de financer ces navettes, le ministre a déclaré lundi que ce service fera l'objet d'un examen afin de savoir s'il pourrait perdurer sans cette subvention. Il a affirmé que des rencontres sont prévues avec Loblaw et Emterra « pour explorer des manières plus efficaces de faire fonctionner ce programme de transport ».

Le directeur général de la GTH, Bryan Richards, a dit que le service d'autobus devrait être autofinancé une fois que le terrain sera vendu. « Le système de transport a été conçu pour que, à long terme, les coûts soient recouvrés intégralement lorsque tous les espaces sur le terrain seront occupés », a-t-il expliqué.

Une accumulation de dettes

La GTH n’a pas vendu de terrain depuis plus de deux ans. Ses dettes atteignent environ 40 millions de dollars.

Cathy Sproule affirme que la Régie a de la difficulté à surmonter ases difficultés financières. « Elle est complètement incapable de payer ses dettes parce que le revenu des impôts est insuffisant », explique-t-elle. Lors de la réunion du comité permanent sur l’économie, elle a demandé une explication pour justifier une subvention publique dans des entreprises privées qui fonctionnent bien. « Ça n'a aucun sens, dit-elle, Ça démontre que leurs priorités sont complètement faussées et que le gouvernement les encourage de manière évidente. »

Cathy Sproule a également demandé à Bryan Richards si la GTH avait envisagé de demander à Loblaw de payer plus pour ce service. « En ce moment, nous n’avons pas demandé une couverture complète des frais », a-t-il répondu.

Saskatchewan

Société