•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un leader autochtone réclame davantage d'éducation sur la consommation responsable de cannabis

Le grand chef de la Nation anichinabée, Glen Hare.
Le grand chef de la Nation anichinabée, Glen Hare, veut que le gouvernement déploie davantage de ressources afin d'aider les communautés autochtones à gérer la légalisation du cannabis. Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Radio-Canada

Le grand chef du conseil de la Nation anichinabée en Ontario, Glen Hare, estime que les Premières Nations ne sont pas prêtes à faire face aux conséquences de la légalisation du cannabis récréatif sur les plans social et sanitaire.

Il doit y avoir plus d’éducation à propos des effets du cannabis et cela doit venir du gouvernement, parce que c’est lui qui a imposé cette mesure à nos communautés, indique le chef Hare.

Il y aura des problèmes d’ordre social dans nos communautés, si nous ne sommes pas éduqués très rapidement.

Glen Hare, grand chef du conseil de la Nation anichinabée

Le chef Hare ajoute que 4 des 40 communautés autochtones que regroupe la Nation anichinabée ont déjà refusé d’accueillir des boutiques privées de vente de cannabis.

La Première Nation de Wikwemikong, dans l’île Manitoulin, a même demandé à Postes Canada de ne pas effectuer de livraison de cannabis sur son territoire.

Le chef Hare croit toutefois que la mesure, à elle seule, ne permet pas d'éviter que des incidents liés au cannabis ne se produisent.

Si nos membres se procurent le cannabis en dehors de la communauté, qu’ils ne suivent pas les règles et qu’un incident se produit, ce sont nos leaders qui devront s’en occuper, et non le premier ministre [Justin Trudeau]. C’est très injuste. Ça donne l’impression que nous ne faisons pas notre travail de manière efficace, déclare le chef Hare.

Le leader autochtone souhaite que du financement gouvernemental soit accordé aux communautés autochtones afin de faire la promotion de l’usage responsable du cannabis récréatif et que des lignes téléphoniques d’aide soient créées.

Les municipalités reçoivent de l’aide, pourquoi est-ce qu’il n’en est pas de même pour nous? Il y aura sûrement de l’aide si jamais nous devons enterrer quelqu’un, mais il sera trop tard à ce moment-là.

Glen Hare, chef de la Nation anichinabée

La consommation récréative de cannabis est légale au Canada depuis le 17 octobre.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Santé