•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les postiers d'Halifax organisent un piquet de grève

Important rassemblement de grévistes devant un centre de tri de Postes Canada à Halifax

Des grévistes ralentissent le passage des véhicules au centre de distribution du courrier, à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Marc Babin

Radio-Canada

Des postiers ont établi un piquet de grève au centre de tri de Postes Canada à Halifax, l'une des quatre villes canadiennes touchées par une grève tournante lundi.

Windsor, Edmonton et Victoria sont les autres municipalités ciblées par le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) pour cette première journée de grève. Il n’y aura donc pas de service de livraison ni de ramassage du courrier et des colis dans ces villes. La grève durera 24 heures et les villes touchées changeront de jour en jour.

À Halifax, les grévistes étaient présents devant le centre de distribution régional avant l'aube. Ils empêchaient les véhicules de cadres d'entrer dans le stationnement du centre. Ceux-ci devaient patienter une dizaine de minutes avant de passer.

Des travailleurs des postes en grève brandissent des pancartes à Halifax.

Tôt lundi matin, les postiers avaient érigé un piquet de grève devant le centre de distribution d'Halifax.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Livraison au ralenti

Selon une porte-parole syndicale de Postes Canada en Atlantique, Lyne Doucette, ce mouvement de grèves tournantes va ralentir la livraison de courrier.

Le monde aura quand même leur courrier, les petites entreprises auront quand même leur courrier, mais un peu au ralenti, dit-elle. Le STTP s'est par contre engagé à ne pas retarder la livraison des chèques de pension et d'assistance sociale.

Le syndicat des travailleurs et travailleuses des postes n'avait pas précisé lundi en fin de journée, les prochaines villes ciblées. Le mouvement de grèves tournantes pourrait s'intensifier, affirme Lyne Doucette, si les négociations continuent de piétiner.

Loin d'une entente

Justement, les deux parties sont très loin d'une entente, précise-t-elle. Les enjeux : santé et sécurité, surcharge de travail, pour les facteurs ruraux il y a des bénéfices qui ne sont pas les mêmes que les urbains… Ce sont les gros enjeux. 

Les travailleurs des postes se plaignent notamment de la surcharge de travail engendrée par la livraison des colis, qui sont beaucoup plus nombreux que dans le passé.

Chaque année, c’est un pourcentage d’augmentation d’à peu près 30 %. Ce n’est pas pris en considération dans les structures de route, souligne Mme Doucette.

Un travailleur de Postes Canada sort une boîte de courrier d'un camion de livraison.

Un travailleur de Postes Canada.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

La négociation privilégiée

Postes Canada a réagi par voie de communiqué à l’annonce d’une grève tournante de ses employés en réitérant qu’elle « maintient son engagement envers le processus de négociation ».

Nous avons déposé une offre significative qui comprend des augmentations de salaire, la sécurité d’emploi et l’amélioration des avantages sociaux, et qui ne demande aucune concession. Nous répondons aussi à de nombreux enjeux soulevés par le syndicat et nous avons offert de travailler ensemble à trouver des solutions constructives, affirme la société d’État.

Elle ajoute : Nous demeurons déterminés à en arriver à une entente négociée avec le STTP, en prenant toutes les mesures nécessaires pour réduire au minimum l’incidence que tout arrêt de travail pourrait avoir sur nos clients. La grève tournante pourrait occasionner de légers retards pour la clientèle.

Elle souligne également qu'elle poursuit ses activités à l’échelle du pays. Nous acceptons le courrier et les colis et en assurons la livraison dans toutes les autres régions, écrit-elle.

Le STTP a déposé un préavis de grève mardi.

La convention collective des syndiqués de Postes Canada est échue depuis décembre 2017, et les 10 mois de négociation qui se sont écoulés depuis n’ont pas permis de dénouer l’impasse.

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouvelle-Écosse

Relations de travail