•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un golf public à 10 000 $ par année à L'Île-des-Soeurs

Le golf fait partie des activités pour lesquelles les millénariaux semblent avoir moins d'intérêt que les générations précédentes.

Photo : iStock

Radio-Canada

Depuis sa réouverture au mois d'août, le Golf de L'Île-des-Sœurs a changé de nom, de vocation... et de prix. Une transformation à laquelle s'opposent tant d'anciens clients que l'arrondissement de Verdun, où il est situé.

Désormais, le golf urbain s’appelle le Golf Exécutif de Montréal et il cible une clientèle d'affaires aux poches profondes.

Alors que Richard Boudreau ne payait que 40 $ pour une partie de golf avant la transformation, il lui faudrait aujourd’hui débourser au minimum 10 000 $ par année pour un forfait personnel. Les forfaits corporatifs coûtent au minimum 25 000 $.

C'est ridicule, même les parcours les plus reconnus du Québec, c'est moins cher que ça. C'est un neuf trous, ça doit être municipal.

Richard Boudreau, ancien usager du Golf de L'Île-des-Sœurs

Le terrain appartient à l'arrondissement de Verdun, qui a toujours voulu un golf public.

L’ancien maire de l’arrondissement, Claude Trudel, en faisait une priorité. « Je me souviens d'avoir négocié ça avec les premiers propriétaires, qui ont respecté cette intention de l'arrondissement à l'époque et qui ont offert aux Verdunois et aux gens de L'Île-des-Sœurs des tarifs à rabais au tout début. »

Le golf a cependant changé de gestionnaire en cours de route. Le maire actuel de Verdun, Jean-François Parenteau, estime toutefois que l'entente conclue à l'époque tient toujours.

« La notion de golf public est écrite noir sur blanc et on dit même que les gens avec la carte Accès Montréal devraient avoir un rabais, mais on n'est pas du tout dans cette optique-là. »

Le maire affirme que le golf n'est pas non plus écologique, et que l'arrosage se fait avec de l'eau potable au lieu de pomper l'eau du fleuve Saint-Laurent.

Radio-Canada a contacté le Golf Exécutif de Montréal à plusieurs reprises, mais les responsables n'ont pas voulu répondre à nos questions.

L'arrondissement n'exclut pas de recourir aux tribunaux pour faire respecter l'entente conclue à l'époque.

Un juge pourrait être appelé à trancher sur les usages permis d'un bail à long terme, comme celui dont profitent les opérateurs du golf.

Avec les informations de Yasmine Khayat

Société