•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colloque sur l’environnement : des cégepiens interpellent la CAQ

Zy St-Pierre
Zy St-Pierre, un étudiant en architecture au Cégep du Vieux-Montréal Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

« Le message à transmettre à Monsieur Legault, c'est que les jeunes ont de l'espoir pour l'environnement. On veut du changement. On en a besoin. »

Ces mots sont ceux de Zy St-Pierre. L’étudiant en architecture au cégep du Vieux-Montréal participait ce week-end au colloque en développement durable orchestré par l’organisme ENvironnement JEUnesse (ENJEU).

De vendredi à dimanche, plus d’une centaine de jeunes soucieux de l’environnement se sont rassemblés au Cégep de Sainte-Foy, à Québec.

La directrice générale de l’organisme, Catherine Gauthier, explique que l’événement vise avant tout à former de jeunes leaders qui pourront ensuite porter leurs revendications auprès des décideurs.

Le colloque a réuni une centaine de participants soucieux de l'environnement. Une centaine de jeunes ont participé au colloque qui se tenait au Cégep de Sainte-Foy. Photo : Radio-Canada / Camille Simard

Cette année, les discussions et ateliers portaient plus spécifiquement sur la décroissance et la pollution par le plastique.

« Les jeunes provoquent en quelque sorte une vague de fond très importante en arrivant avec des idées nouvelles, pour la décroissance, pour un mode de vie quand même assez transformé », relève Mme Gauthier.

Même si le sentiment d’urgence ne cesse de se propager, les jeunes demeurent, selon elle, plus préoccupés par les changements climatiques.

« C’est certain qu’en regardant les prévisions assez catastrophiques, c’est très inquiétant, en particulier pour les générations futures », relève Mme Gauthier.

Quand on parle d’impact prévisible pour 2030, pour 2040, c’est demain pour les jeunes qui viennent d’avoir 18 ans! 

Catherine Gauthier

Pour Sara-Jane Rossignol du Cégep de La Pocatière, ces changements passent incontestablement par un dialogue avec les plus vieilles générations.

« On semble être les seuls à être préoccupés de l’environnement. Il faut motiver les plus vieux et ceux qui ont du pouvoir à agir. Parce qu’il faut agir maintenant. »

Zy St-Pierre, lui, croit que la population doit repenser sa manière de consommer au quotidien et « sortir de sa zone de confort ».

« On est vraiment dans une culture du confort, du jetable, de l’accessibilité. C’est ça qu’il faut penser », affirme Zy.

« On est à une période de l’histoire où on est conscient qu’on roule tout droit vers un mur, et on continue de rouler à 110 km/h vers le mur, a-t-il déclaré. À Québec, le troisième lien, ça va être un bon moyen de continuer à rouler vers le mur. »

- Avec La Presse canadienne

Québec

Environnement