•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les gens de Gaspé adoptent massivement le compostage

Une résidente de Gaspé s'apprête à transférer son compostage de son petit bac de cuisine vers le brun à l'extérieur.

Nicole Beaupré ouvre son bac brun pour le transfert du compostage.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

C'est le début de la Semaine québécoise de réduction des déchets et à Gaspé, le compostage imposé par la ville en juin dernier connaît un franc succès chez les citoyens.

Après seulement quatre mois, le taux de participation au service de compostage atteint 80 %, et ce qui est composté dans le bac brun serait de grande qualité.

Nicole Beaupré, une résidente, récupère presque tout et composte tout ce qu'elle peut composter, sans exception.

Je mets tout ce qui s'appelle fruits de mer, carapaces de homard, moules, tout. Et je fais comme une pizza, je fais des étages.

Nicole Beaupré, résidente de Gaspé
Nathalie Drapeau accorde une entrevue à Radio-Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nathalie Drapeau, directrice générale de la Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de la Gaspésie.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Les gens ont respecté les directives. Ce qu'ils mettent dans le bac brun, c'est vraiment ce qu'on souhaite y retrouver... la matière organique. On ne retrouve pas de contaminants de façon très étendue.

Nathalie Drapeau, directrice générale de la Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de la Gaspésie

La population avait été bien informée sur le compostage grâce à des activités de sensibilisation qui se sont tenues cet été lors d'événements publics pour préciser ce qui est permis et interdit de mettre dans le bac brun.

Les deux bacs sont l'un à côté de l'autre en attendant le camion de collecte. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deux bacs bruns au bord de la rue.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

C'était aussi l'occasion de démystifier certaines choses sur le compostage.

Quand vous coupez vos légumes, le geste que vous faisiez pour jeter les légumes dans la poubelle, on change de deux pouces à côté, c'est tout…

Laurie Aspirot, chargée de projet, Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de la Gaspésie
Laurie Aspirot accorde une entrevue à Radio-Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Laurie Aspirot, chargée de projet pour la Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de la Gaspésie.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Comme dans les autres municipalités qui ont adopté le compostage, Gaspé prévoit faire d'importantes économies.

Sur le bord d'un mur, on peut voir alignés bac brun, bac bleu et bac noir pour les ordures.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le bac brun trouve désormais sa place à côté du bac bleu et des ordures.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Les quantités détournées de l'enfouissement, c'est 100 tonnes par mois. Cent tonnes par mois, bien si on continue comme ça, c'est 1200 tonnes dans l'année, précise Nathalie Drapeau.

Une dame pousse son bac brun dans l'entrée. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une dame de Gaspé ramène son bac brun vers la maison.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Dans la MRC du Rocher-Percé, le bac brun et la récupération des matériaux de construction ont permis de faire passer la facture pour la gestion des matières résiduelles, refilée aux citoyens, de 300 à 230 dollars par année.

D’après le reportage de Martin Toulgoat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Protection des écosystèmes