•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales : Mississauga et Brampton, des villes en rapide croissance

Une femme avec des lunettes soleil

La mairesse sortante de Brampton, Linda Jeffrey

Photo : Radio-Canada

CBC News

Selon les militants politiques de Mississauga et de Brampton, le coût de la vie ainsi que le transport en commun sont les principales préoccupations des citoyens en vue des élections municipales de lundi.

À quelques jours du vote, CBC Toronto s'est entretenu avec un certain nombre de candidats à la mairie dans deux villes de la région de Peel.

Les coûts liés au logement font partie des enjeux les plus souvent cités par les candidats. De plus, le TLR Hurontario, qui devrait relier Mississauga et Brampton d'ici 2022, continue de faire partie des discussions.

Mississauga et le logement

« Le principal problème qui touche pratiquement tous les jeunes, les jeunes professionnels, les adultes et les personnes âgées, c'est l'accès au logement abordable », a déclaré la candidate à la mairie, Yasmin Pouragheli, l'une des sept personnes qui espèrent remplacer Bonnie Crombie, l'actuelle mairesse de Mississauga.

Une femme en entrevue avec un journalisteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mairesse sortante de Mississauga, Bonnie Crombie

Photo : Radio-Canada / Richard Agecoutay/CBC News

En entrevue, Mme Crombie a déclaré que sa priorité était de « faire en sorte que Mississauga se déplace rapidement et efficacement sur nos corridors de transport en commun », tout en veillant à ce que la ville reste abordable pour les quelque 878 000 personnes qui devraient s'y installer d'ici 2041.

Presque tous les autres candidats ont fait écho à ce sentiment. De son côté, l'aspirant maire Andrew Lee a déclaré qu'il aimerait voir Mississauga « conserver l'esprit de village dans une mégapole ».

Brampton et le boom démographique

La population de Brampton croît à un rythme rapide et devrait dépasser le million d’ici 2040.

La mairesse actuelle, Linda Jeffrey, élue pour la première fois en 2014, a déclaré que la croissance ne se faisait pas sans défis.

« Les électeurs me disent être préoccupés par la croissance explosive de Brampton. Les opportunités de travail et le transport reviennent souvent », a-t-elle déclaré à CBC Toronto.

Patrick Brown, l'ancien chef du parti conservateur provincial, se présente lui aussi à la mairie de Brampton, mais il y a plusieurs autres candidats.

« Brampton est l'une des villes dont la croissance a été la plus rapide au Canada, mais elle possède le pire service hospitalier, les primes d'assurance automobile les plus élevées et les taxes foncières qui augmentent le plus vite en Ontario », souligne le candidat à la mairie John Sprovieri.

D'autres candidats ont les yeux au-delà des questions de croissance.

« Le transport en commun, le logement et la criminalité; ce sont les vrais enjeux de l'élection à Brampton cette année », a déclaré le candidat à la mairie Wesley Jackson.

Mansoor Ameersulthan, de son côté, a souligné les augmentations de taxes foncières et les embouteillages, tandis que Vinod Kumar Mahesan a déploré la direction dans laquelle il voit la ville se diriger.

« Brampton est devenue une ville dangereuse, encombrée, coûteuse et où l'urbanisme est déficient, dépourvue de commodités de base pour ce qui est des écoles et des hôpitaux appropriés », a déclaré M. Mahesan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique municipale