•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Braconnage : des orignaux dépecés retrouvés près de Saint-Quentin

Un orignal
Des orignaux sont victimes de braconnage dans la région de Saint-Quentin au Nouveau-Brunswick. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un homme de Saint-Quentin dénonce le braconnage d'orignaux dans sa région après avoir fait une macabre découverte.

Elle était juste là, par terre, indique Ludwig Piette, un résident de Saint-Quentin qui a trouvé un orignal mort qui avait été démembré et dont certaines pièces de viande avaient été retirées de la carcasse de l’animal.

Il a partagé une photo de la sordide découverte sur les réseaux sociaux et a rapidement reçu des dizaines de commentaires d’internautes, visiblement indignés par la situation.

Le panache était encore là, donc ce n’était même pas une question de trophée. C’était pour vendre la viande, déplore M. Piette.

On sait qu’il y a un marché noir qui existe et qu’il y a des gens qui vont braconner les orignaux pour ça.

Ludwig Piette, résident de Saint-Quentin

Le braconnage, pas une nouveauté dans la région

Au ministère de la Justice et de la Sécurité publique, on indique qu'il n'y a pas plus de braconnage que dans les années 1970-1980.

On en trouve un peu partout chaque année, mais ce n’est pas commun, dit François Chiasson, agent de conservation.

Il y a près de 80 agents de conservation comme lui qui sont déployés dans les forêts de la province sur une base annuelle.

Selon François Chiasson, les agents de conservation ont plus de pouvoir qu’auparavant.

Avant, il y avait des agents dont les tâches étaient reliées à l’aménagement de la faune, à l’aménagement de la forêt ou à la prévention des incendies, mais maintenant nous sommes tous affectés à l’application de la loi, explique-t-il.

Les braconniers agissent très rapidement, ajoute-t-il, car ils savent qu’ils s'exposent à de lourdes amendes s’ils se font prendre en flagrant délit.

Les amendes peuvent aller de 2000 $ à 4000 $ et pour un récidiviste, ça peut aller jusqu’à 5000 $, illustre François Chiasson.

De plus, des peines d'emprisonnement sont prévues, sans parler de la saisie probable de tout ce qui a servi au crime, comme un véhicule tout-terrain, une carabine ou bien une voiture.

Avec les informations de Serge Bouchard

Nouveau-Brunswick

Faune et flore