•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fini le congelé! Des étudiants se tournent vers la cuisine collective du Cégep de Jonquière

Des jeunes qui cuisinent

La Cuisine collective du cégep de Jonquière connait un franc succès.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Tremblay

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour certains étudiants, pas question de manger de la pizza surgelée. Une fois par mois, des étudiants de différents programmes se réunissent pour cuisiner gratuitement des repas au Cégep de Jonquière. Pour eux, il s'agit d'une belle occasion d'élargir leurs connaissances culinaires, mais aussi de tisser des liens autour de la bouffe.

Les ateliers de cuisine collective mis en place par le Cégep de Jonquière connaissent une toute nouvelle vague de popularité, preuve que la cuisine intéresse les jeunes.

Les classes attirent parfois jusqu'à 80 personnes et le collège organise environ huit soirées pendant les sessions d'automne et d'hiver.

Chaque participant a ses raisons de participer à l'activité : « Cuisiner avec du monde en fait plutôt que cuisiner seule chez nous. Prendre des idées de recettes pour les refaire chez nous, quoi! », précise l'une des apprenties cuisinières, Manon Arsac.

Le jeune chef Francis Pearson est aux commandes du projet de cuisine collective depuis 2016.

« Les étudiants nous proposent des recettes. C'est eux qui votent les thèmes. On garde tous les mois un nouveau thème. »

— Une citation de  Francis Pearson, chef cuisinier

L'activité est gratuite et accessible à tous, mais une grande majorité des participants sont des étudiants étrangers. Les accents européens, mexicains et québécois sont réunis autour d'un désir commun : bien se nourrir.

Un concept axé sur la réalité étudiante

Le responsable de l'accueil et de l'intégration des étudiants internationaux, Jean-François Villeneuve, affirme que le concept est surtout axé sur la réalité étudiante.

« La réalité étudiante de cuisiner, de combiner toutes les réalités dans leur horaire au niveau le travail, les études, le parascolaire, le sport, plus être un adulte en devenir. Puis être un adulte pis cuisiner, ça fait qu'on veut que ce soit rapide, que ce soit économique, que ce soit équilibré. »

Quand tout est prêt, tout le monde se réunit autour de la table pour savourer le fruit de leur labeur. Les étudiants peuvent même repartir avec la nourriture en trop.

Au-delà des techniques et des prouesses gastronomiques, les participants viennent aussi pour socialiser. « C’est vraiment le fun. On rencontre des gens, c'est comme une activité sociale. Puis en plus de ça, on a de la bonne bouffe », lance Dorian Corneau, participant.

Chaque printemps, les responsables organisent un concours amical où les meilleurs plats sont récompensés. Ce qui était au départ un simple cours de cuisine est devenu au fils des ans un carrefour de découvertes.

« Moi je leur transfère des connaissances, mais eux ils me transfèrent un bagage incroyable au niveau de la cuisine internationale, donc ça me permet de grandir, d'aller chercher de nouvelles recettes, de nouvelles saveurs, de nouvelles associations pis surtout, d'apprendre à les connaitre », ajoute Francis Pearson.

L'expérience connait un tel succès que d'autres collèges souhaiteraient éventuellement organiser des cuisines collectives pour leurs étudiants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !