•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les policiers de la SQ cesseront de porter le bracelet 144

Malaise en lien avec le port de bracelet en solidarité aux policiers de Val-d'Or lors de la journée nationale des Autochtones
Malaise en lien avec le port de bracelet en solidarité aux policiers de Val-d'Or lors de la journée nationale des Autochtones Photo: Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) cesseront de porter le bracelet 144 qu'ils arboraient en appui aux policiers de Val-d'Or, a appris Radio-Canada.

Un texte de Jean-Marc Belzile

Une entente est survenue au cours des derniers jours entre les huit policiers de Val-d'Or qui avaient été suspendus en octobre 2015 et la SQ.

Selon nos informations, cette entente est conditionnelle à ce que leurs collègues cessent de porter le bracelet.

En octobre 2015, huit policiers de la SQ ont été suspendus à la suite d'allégations d'abus de pouvoir et d'abus sexuels de la part de femmes autochtones révélés dans un reportage de l'émission Enquête.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) n’a pas porté d’accusations à leur endroit

Le poste 144 de la Sûreté du Québec à Val-d'OrLe poste 144 de la Sûreté du Québec à Val-d'Or Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Les huit policiers déposent par la suite plusieurs griefs contre la SQ pour suspension abusive. Les deux parties se sont finalement entendues au cours des derniers jours.

L'entente restera toutefois confidentielle, explique le porte-parole de la SQ, Guy Lapointe.

Comme vous, j'ai entendu dire que le mot se passait par rapport au bracelet. On est heureux de voir qu'il y a un dénouement; ce bracelet, c'est un mouvement qui avait été initié en appui à la suite du relevé administratif de ces huit membres et on est content de voir que ce dossier semble vouloir arriver à sa fin, a dit Guy Lapointe.

Satisfaction

La chef de la communauté de Lac-Simon, Adrienne JérômeLa chef de la communauté de Lac-Simon, Adrienne Jérôme Photo : Radio-Canada

La chef de la communauté de Lac-Simon, Adrienne Jérôme se réjouit de cette décision.

Elle assure que ce bracelet était vu comme de l'intimidation à l'endroit des autochtones.

On le voyait comme de la confrontation, même si eux disaient que ce bracelet voulait dire autre chose; pour nous, ce bracelet vient de la brutalité policière, dit-elle. Ils soutiennent leurs policiers, mais il y a d'autres moyens qu'un bracelet, je crois. Mais maintenant, ça, c'est une preuve d'un début de réconciliation et aussi de respect avec les policiers.

La directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or, Edith Cloutier, abonde dans le même sens.

Clairement pour nous, le port du bracelet était une entrave aux efforts de reconstruction de la confiance alors oui, c'est une décision qui va ouvrir la voie, un geste dans la bonne direction pour rebâtir cette confiance.

Edith Cloutier

Cette entente survient une semaine avant le passage devant la Commission Viens du directeur de la SQ. La Commission précise sur son site Internet qu'elle va entendre Martin Prud'homme le vendredi 26 octobre.

Le commissaire de la commission, Jacques Viens, avait dénoncé le port du bracelet à plusieurs reprises.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones