•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un troisième syndicat souhaite représenter les employés de la SQDC

L'aire de vente d'une boutique de la SQDC.
Les travailleurs de la SQDC doivent au départ toucher un salaire de 14 $ l'heure. Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

C'est maintenant au tour du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) d'annoncer qu'il vient de déposer des requêtes en accréditation syndicale pour représenter des travailleurs de la Société québécoise du cannabis (SQDC).

Le SCFP, qui est affilié à la FTQ, signale samedi avoir déposé des requêtes pour représenter les travailleurs de trois succursales de la SQDC, soit celles de Lévis, Drummondville et Saint-Jean-sur-Richelieu.

Elles sont donc maintenant trois grandes organisations syndicales à avoir déposé des requêtes en ce sens pour différentes succursales, avec la CSN et les Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce (TUAC), aussi affiliés à la FTQ.

Le SCFP et la CSN représentent déjà des syndiqués de la Société des alcools du Québec, alors que les TUAC représentent des travailleurs dans le commerce de détail, dans les épiceries notamment.

Les trois organisations syndicales sont intervenues de façon différente, par une requête par succursale ou par une requête pour l'ensemble des succursales.

Il appartient maintenant au Tribunal administratif du travail de déterminer qui a effectivement fait signer une majorité de cartes d'adhésion au syndicat, et comment sera constituée l'unité d'accréditation et si ces adhésions ont été faites de façon libre et volontaire.

Les travailleurs de la SQDC doivent au départ toucher un salaire de 14 $ l'heure, ce que les trois organisations syndicales trouvent insuffisant, compte tenu de la « mission sociale » donnée à la SQDC et du fait qu'il s'agit d'une société d'État.

Emploi

Économie