•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier spectacle solo et premier film pour l’humoriste Julien Lacroix

Cinq minutes avec l’humoriste Julien Lacroix
Radio-Canada

Julien Lacroix a du pain sur la planche d'ici la fin de l'année. L'humoriste, une étoile montante dans le domaine au Québec, amorcera officiellement une tournée pour son premier spectacle solo en janvier 2019, en même temps qu'il présentera son premier film. Louis-Philippe Ouimet s'est entretenu avec le jeune homme qui a des projets plein la tête.

Le jeune humoriste s'est fait connaître grâce à des capsules web qui ont été vues des centaines de milliers de fois. Son personnage – un être brusque, impulsif, parfois vulgaire, mais toujours attachant en raison de sa naïveté – fait partie de sa « recette gagnante », selon lui.

L’an dernier, il est reparti du 19e Gala Les Olivier avec trois trophées sous le bras : nommé découverte de l’année, il a également triomphé dans les catégories du numéro d’humour et de la capsule web humoristique.

L’humoriste de 25 ans n’a toutefois pas suivi le parcours typique emprunté par nombre de ses pairs. Il a été refusé par l’École nationale de l’humour, mais a persévéré en participant à des soirées d’humour dans des bars où il a acquis de l’expérience à la dure.

« Une chance que j’avais des amis, des confrères, qui m’ont soutenu [...] parce que je me suis vraiment planté souvent, se souvient-il. J’ai eu la chance d’avoir des amis qui m’ont aidé, des Mehdi [Bousaidan], Virginie [Fortin], Richardson Zéphir, que je connaissais de l’improvisation et qui m’ont ouvert quelques portes et, de là, j’ai travaillé fort pour arriver à mes fins. »

Créer sans attendre

Ne cachant pas son ambition, Julien Lacroix travaille très fort avec l’espoir de durer longtemps dans le métier et ne laisse rien au hasard. Son ami l’humoriste Adib Alkhalidey et lui ont décidé de financer eux-mêmes leur projet de film plutôt que de compter sur l’appui financier d’organismes culturels gouvernementaux. Il applique la même approche pour son premier spectacle solo.

« Je pense que c’est justement le fait d’être choyé d’avoir tout ça, on dirait que je ne veux pas le perdre et que je veux aller plus loin [...], alors je me dis : "Donnes-en le plus possible!", explique-t-il. C’est pour ça que, pour le film avec Adib, on n’a pas attendu. C’est pour ça que, pour mon premier spectacle solo, je n’ai pas attendu; on a loué des salles et on l’a fait. Je suis proactif là-dedans. »

Son film, une comédie qui traite de maladie mentale, doit sortir en janvier prochain et une première bande-annonce est attendue sous peu. D’ici là, il continue de peaufiner les numéros de son premier spectacle solo, dont les représentations officielles doivent également débuter en janvier prochain.

Humour

Arts