•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Électeurs en herbe : des jeunes simulent un vote à la mairie

Radio-Canada

Les jeunes de la province ne sont pas en reste lors des élections municipales, puisque de 65 000 à 70 000 d'entre eux ont étés appelés aux urnes lors d'une simulation de vote.

Un reportage d'Alexandre Lamic et d'Anaïs Elboujdaïni

À Vancouver, les enfants de la classe de Mme Sarith Zabawny, une enseignante pour les élèves de 4e et 5e années à l’école Anne-Hébert, trépignent d’impatience.

Dans quelques minutes, ils pourront cocher un bulletin de vote identique à celui que recevront les plus grands. En effet, ils votent pour les vrais candidats à la mairie de Vancouver.

Comble de l’excitation : une équipe de Radio-Canada vient couvrir l’événement.

Préparer les jeunes

Pour se préparer, on est allé sur internet et on a regardé [les propositions] de différents candidats.

Sarith Zabawny, enseignante à Anne-Hébert

« On a discuté pour voir ce qui était important pour eux », précise-t-elle. « Les enfants ont été assez respectueux de garder leur choix [pour eux] ».

Joséphine assise sans sa salle de classe.

Joséphine, une élève de 4e année à l'école Anne-Hébert

Photo : Radio-Canada / ALEXANDRE LAMIC

Au total, 10 écoles du Conseil scolaire francophone (CSF) participent à cette simulation. Les écoliers à Anne-Hébert comptent donc parmi les 250 élèves du CSF à participer à l’événement.

Familiers avec toutes les tâches

Ces électeurs en herbe s’acquittent de leur devoir dans le plus grand respect. Quatre élèves d’une autre classe ont été nommés scrutateurs lors de l’élection factice.

Quatre élèves dont deux votent.

Les élèves ont voté sous le regard inquisiteur de scrutateurs.

Photo : Radio-Canada / Anaïs Elboujdaïni

« Ton nom et ta date de naissance? », demande Lola, une greffière de 5e année, à une de ses consoeurs.

Finley répond à une question, assis dans une salle de classe.

« Le travail de maire de Vancouver, c'est de diriger la ville et de ne pas créer le chaos », affirme Finley, élève de 4e année à l'école Anne-Hébert

Photo : Radio-Canada

Sarith Zabawny remercie chaque élève, lorsqu’il a terminé de voter.

Sarith Zabawny en conversation avec un élève.

L’enseignante Sarith Zabawny accueille aussi les doutes de dernière minute, toujours en refusant de voir le bulletin de vote.

Photo : Radio-Canada / Anaïs Elboujdaïni

« On a commencé à parler du concept de démocratie. Même à leur âge, [ça leur apprend] que le vote de chacun compte et que le vote de chacun est important », explique-t-elle.

Une aide spécialisée

Frédérique Dombrowski est une gestionnaire chez CIVIX. L’organisme pancanadien existe depuis 2003 pour promouvoir les élections chez les jeunes.

Quatre élèves en train de voter dans un isoloir sur lequel est écrit « écran de vote étudiant ».

Simulation de vote pour les élèves de 4e et 5e année à l'école Anne-Hébert

Photo : Radio-Canada / ALEXANDRE LAMIC

Il fournit les bulletins de vote, les urnes et les isoloirs, pour donner à ces élections une touche supplémentaire de réalisme.

« Quand on permet aux jeunes de prendre le temps d’apprendre et de s’intéresser aux choses, ils sont super allumés. Il y a des enjeux qui reviennent d’une élection à l’autre. Les jeunes veulent des communautés plus vertes [et] durables, des communautés où ils ont accès à plus de services », explique Mme Dombrowski.

Julia et des isoloirs derrière elle.

« Si j’étais mairesse [de Vancouver], je rajouterais des jardins dans la cour de chaque école pour avoir des repas chauds», promets Julia, élève de 4e année

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Chaque bulletin compte, même les blancs

« Je ne sais pas pour qui voter, ça ne me tente plus de le faire », lance un jeune. Mme Sarith lui explique qu’il peut aussi annuler son vote, c’est-à-dire déposer un bulletin vide. Il participe donc à l’exercice.

Miro dans une salle de classe, avec des isoloirs derrière elle.

Miro, en 4e année, agirait pour aider les personnes sans-abri et celles aux prises avec des dépendances aux drogues si elle était élue mairesse de Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Une fois le vote terminé, Miro demande si on peut tout de suite dépouiller les bulletins.

Sa hâte est partagée par les autres élèves, mais ceux-ci devront patienter, car les résultats du vote étudiant en Colombie-Britannique seront connus après la fermeture des bureaux de scrutin samedi à 20 h, en même temps que ceux du vote des adultes.

Colombie-Britannique et Yukon

Élections municipales