•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De jeunes candidats convoitent des postes de conseillers municipaux à Ottawa

Vu de l'entrée arrière de l'hôtel de ville d'Ottawa.

Les jeunes candidats qui se présentent aux élections municipales courtisent les électeurs de leur âge, mais ces derniers votent peu.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les jeunes candidats sont rares parmi la liste des personnes qui convoitent un siège à la table du conseil municipal d'Ottawa. Mais ceux qui se sont lancés dans la course sont déterminés à se faire élire, malgré des obstacles importants.

Au moins deux aspirants conseillers sont dans la vingtaine : Sam Soucy, qui se présente dans Gloucester-Southgate, et Diego Elizondo, qui veut représenter le quartier d’Orléans. Les deux candidats sont d’avis que leur jeunesse pourra jouer à leur avantage lors du scrutin du 22 octobre.

On a une perspective qui est totalement différente. Malheureusement, on a des conseillers qui sont là depuis une vingtaine d’années et je pense qu’ils ont une perte de contact avec la population, croit M. Soucy, 22 ans.

Un jeune homme répond aux questions d'un journaliste devant l'hôtel de ville d'Ottawa. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le candidat au poste de conseiller municipal du quartier Gloucester-Southgate, Sam Soucy.

Photo : Radio-Canada

J’espère qu’avec de nouvelles idées et du nouveau sang, on va pouvoir régler des problèmes qu’on a dans notre capitale.

Sam Soucy, candidat, quartier de Gloucester-Southgate

Quand je me promène dans les résidences de personnes âgées, j’entends des personnes, des aînés qui sont bien heureux et contents de voir des jeunes qui s’impliquent en politique, raconte quant à lui M. Elizondo, 25 ans.

Un jeune homme répond aux questions d'un journaliste sur un coin de rue. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le candidat au poste de conseiller municipal d'Orléans, Diego Elizondo.

Photo : Radio-Canada

Malgré leur fougue, les deux jeunes candidats ont devant eux des obstacles importants. M. Elizondo, par exemple, est l’un des 15 candidats dans la course à Orléans, et le risque de la division du vote est bien présent.

C’est certain que la division, ça crée une dynamique intéressante, et donc les cartes sont encore ouvertes pour tout le monde, avoue le jeune candidat franco-ontarien.

Quant à M. Soucy, il devra déloger Diane Deans, la conseillère sortante qui siège à la table du conseil depuis 1994, en plus de faire face à trois autres adversaires. Il compte miser sur sa connexion avec le jeune électorat pour récolter plus de voix que ses rivaux.

Je crois certainement qu’étant un peu plus jeune, j’ai pu vraiment permettre à plusieurs jeunes dans la circonscription de se dire : "Ah OK, c’est quelqu’un qui est jeune comme moi, je crois qu’il va avoir des bonnes idées, je crois qu’il va me comprendre et pouvoir régler les problèmes que j’ai ", explique-t-il.

Le taux de participation généralement bas aux élections municipales est une autre dure réalité avec laquelle les jeunes candidats doivent composer. Qui plus est, leurs pairs, qu’ils courtisent ouvertement, sont peu nombreux à se présenter aux urnes.

Avec les informations de Gilles Taillon

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur les élections municipales en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale