•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an après son ouverture, le Remai Modern de Saskatoon jubile

musée d.art Remai Modern

Niché sur les berges de la rivière Saskatchewan Sud, le musée construit en métal et en verre s'étend sur plus d’un hectare.

Photo : CBC / Guy Quenneville

Radio-Canada

Pour célébrer son premier anniversaire, le musée d'art moderne Remai, à Saskatoon, organise une soirée spéciale vendredi. Et pour cause, puisque la première année d'activité a largement dépassé les attentes du musée.

Des prestations du groupe Respectfulchild, de Parab Poet et DJ The Gaff seront au programme de la soirée.

Depuis son ouverture, le Remai Modern a présenté des œuvres allant de 1860 à nos jours de plus de 120 artistes originaires de Saskatchewan et du monde entier.

Le musée a enregistré 453 176 visites au cours de la première année, ce qui dépasse un objectif initial de 190 000 entrées. Le conservateur du Remai, Gregory Burke, précise que 40 % des visiteurs étaient de l’extérieur de la province.

C’est assez incroyable. Cela a dépassé nos attentes.

Gregory Burke, le conservateur du Remai

Selon lui, la programmation et les activités ont contribué à ce succès. « L'emplacement est magnifique, le bâtiment lui-même est très attrayant et très accueillant », ajoute-t-il.

Les revenus des entrées ont par ailleurs rapporté 484 579 $, ce qui dépasse l’objectif de 410 000 $. Les recettes provenant des adhésions au musée ont rapporté 364 133 $, dépassant un objectif de 108 500 $.

Un homme portant une casquette regarde un tableau dans une salle du Musée d'art moderne Remai à Saskatoon

Une salle du Musée d'art moderne Remai à Saskatoon

Photo : Radio-Canada / Guy Quenneville

Gregory Burke est toutefois conscient que ce succès peut être attribué à l'enthousiasme suscité par l’ouverture du musée. Mais, même s’il prévoit une baisse des entrées et des adhésions dans les prochaines années, il garde espoir de pouvoir maintenir un nombre d'entrées élevé.

Jen Budney, qui étudie les organismes à but non lucratif à l'Université de la Saskatchewan, est plus prudente, soulignant des défis pour le musée.

« Nous n’en savons pas encore assez pour dire comment se porte le Remai. Nous n'avons pas tous les chiffres de la première année d'activité », explique-t-elle.

« Nous ne savons pas ce que sera le budget pour les années à venir et le musée a des cibles de financement vraiment très ambitieuses. Alors va-t-il atteindre ces objectifs, et s’il ne le fait pas, que se passe-t-il ensuite, où va-t-on couper? », s’interroge-t-elle.

Selon Jen Budney, le musée doit également être très lié à la communauté.

« La direction va devoir travailler très dur pour établir des liens au sein de la communauté et pour informer le public de ce que le public souhaite voir se produire là-bas », explique-t-elle.

Jen Budney souhaiterait notamment que le musée soit « peut-être un peu moins centré sur les connaissances des experts et plus axé sur celles de la communauté et mise sur les talents des artistes extraordinaires qui sont à Saskatoon et qui sont déjà ancrés dans la ville et savent ce qu'il faut faire ».

Saskatchewan

Arts visuels