•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vaccin antigrippal sera plus efficace cette année que l'an dernier, selon les experts

Le virus de l'influenza s'adapte et mute constamment, ce qui rend la tâche de créer un vaccin universel ardue.

Photo : getty images/istockphoto / scyther5

Radio-Canada

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies affirment que le vaccin mis au point pour contrer la grippe cette année sera plus efficace que celui de l'an dernier. Ses composants sont plus appropriés pour faire face aux virus en circulation, soutiennent les experts.

Le vaccin antigrippal de cette année contient deux souches A des virus H1N1 et H3N2, ainsi que deux souches de B/Victoria et B/Yamagata, ce qui lui conférera une meilleure efficacité, selon les experts.

Les experts des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, dont le siège social est à Atlanta, disent aussi avoir changé la composante du B/Victoria et avoir mis à jour celle de l'influenza A (H3N2).

Selon l'Étude sur l’évaluation de l’efficacité des vaccins antigrippaux par les médecins sentinelles, le vaccin de l'an dernier n'était efficace qu'à 17 % pour prévenir les infections respiratoires causées par le H3N2, la souche A dominante de l'influenza, et efficace à seulement 10 % pour les adultes de 20 à 64 ans. Pour ce qui est de la souche B, le vaccin de l'an passé était efficace à 55 %.

En 2017-2018, on a dénombré 302 décès – dont 9 enfants – directement attribuables à la grippe.

Regarder vers l'Australie

Histoire d'avoir une idée de ce qui nous attend en matière de grippe dans les mois à venir, les spécialistes canadiens et américains se tournent du côté de l'Australie. C'est que la saison de la grippe des Australiens débute durant leur saison hivernale... qui se déroule pendant notre été. Ce n'est pas parfait comme aperçu, mais ça donne une idée. Et à première vue, les nouvelles sont bonnes, puisque la saison de la grippe qui se termine en Australie a été relativement légère.

Le ministère australien de la Santé affirme que l'activité grippale a oscillé entre faible et modérée. Cette activité est évaluée en fonction de la proportion de patients admis directement aux unités de soins intensifs des hôpitaux et de décès attribués à l'influenza.

La gravité de l'activité grippale a été faible; elle est mesurée par la proportion de gens qui s'absentent du travail en raison des symptômes associés à la grippe et par les répercussions que subissent les hôpitaux.

Les spécialistes de l'influenza de partout dans le monde surveillent les virus à longueur d'année et envoient leurs données à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Deux fois l'an, les experts de l'OMS révisent ces données et prédisent quelles souches du virus de la grippe seront les plus présentes durant la saison hivernale. L'OMS fait aussi des recommandations sur ce que le vaccin devrait contenir. Il revient ensuite aux autorités sanitaires de chaque pays de décider quels virus seront intégrés dans leurs vaccins antigrippaux respectifs.

Protéger les plus vulnérables

À ceux qui hésitent à se faire vacciner, Santé Canada rappelle que les complications liées à la grippe peuvent entraîner l'hospitalisation d'environ 12 000 Canadiens et le décès de 3500 personnes.

Même si vous ne craignez pas d'être malade, les experts en santé publique recommandent que vous vous fassiez vacciner quand même, afin de protéger les gens plus vulnérables de votre entourage.

Avec les informations de CBC, et The Washington Post

Santé publique

Santé