•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eaux et égouts, vision « positive » : ce que disent les candidats à la mairie de Winnipeg

Une femme et deux hommes debout sur une estrade devant des micros, dans une salle sombre, parlent à la foule.
Trois des huit candidats à la mairie de Winnipeg, Jenny Motkaluk, Don Woodstock et Brian Bowman, lors d'un débat cette semaine. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

De nouveaux appuis pour Jenny Motkaluk, une plateforme « tournée vers le futur » pour Brian Bowman et des candidats qui parlent d'eaux et d'égouts, de taxes et de lutte contre la pauvreté. Aperçu de la dernière semaine de la course à la mairie de Winnipeg.

Un texte de Camille Gris Roy

La candidate Jenny Motkaluk a parlé à nouveau de taxation. Elle promet de geler les tarifs d'eau et d'égout jusqu'à ce que la Ville mène une vérification sur la façon dont les fonds publics sont dépensés dans le système de gestion des eaux.

Winnipeg a entamé des travaux majeurs - dont la facture pourrait s'élever à des milliards de dollars - pour moderniser son système. Pour payer ces améliorations, la Ville augmente les tarifs d'aqueduc et d'égout depuis plus d'une décennie.

Jenny Motkaluk affirme que seule une petite partie de la taxe sert, effectivement, à financer ces travaux et estime que la Ville taxe injustement les propriétaires de maisons. Elle ajoute que, malgré tout l'argent dépensé par la Ville, il y a encore trop souvent des déversements d'eau polluée dans les rivières de Winnipeg.

La candidate s’est aussi engagée à geler la taxe sur la longueur de façade. Le maire sortant, Brian Bowman, a fait une proposition semblable plus tôt dans la campagne. Il promet aussi de ne pas augmenter les dividendes que la Ville retire des revenus d’eaux et d’égout, et de limiter la hausse des impôts fonciers à 2,33 % par année.

Bowman : « Soyons positifs »

Le candidat Bowman a dévoilé vendredi sa plateforme complète, qui regroupe ses annonces de campagne. Il demande aux Winnipégois de « regarder vers l'avenir », pour une ville qui est « en voie d'atteindre 1 million » d'habitants dans les deux prochaines décennies.

« Soyons positifs. Aimons notre ville. Poursuivons la croissance. Continuons à construire pour l'avenir, prenons soin les uns des autres. Accueillons tous ceux qui recherchent des nouvelles possibilités », résume-t-il.

Brian Bowman, souriant, à l'extérieur, devant un chantier de construction.Brian Bowman a dévoilé sa plateforme, qui regroupe ses annonces de campagne. Il souhaite une vision « positive » pour Winnipeg. Photo : Radio-Canada

Cette semaine, Brian Bowman a aussi suggéré d’établir un conseil consultatif jeunesse pour épauler le maire, ce qui permettrait à la voix des jeunes d'être entendue à l’Hôtel de Ville, dit-il. Ce conseil serait constitué d’une quinzaine de membres - un pour chaque circonscription de la ville - âgés de 15 à 21 ans.

Le maire sortant a également parlé de lutte contre la pauvreté. S'il est réélu, il promet de continuer à soutenir des initiatives comme le plan de Centraide pour mettre un terme à l’itinérance et « Winnipeg Promise », un projet pour aider les familles à faible revenu à accéder au Bon d’études canadien (Nouvelle fenêtre).

D’autres appuis pour Motkaluk

La candidate Jenny Motkaluk a reçu l’appui de deux autres conseillers municipaux cette semaine : le candidat sortant dans la circonscription de Mynarski, Ross Eadie, et l’ancienne conseillère de Saint-Norbert, Janice Lukes, qui est déjà réélue sans opposition dans le nouveau quartier de Waverley-Ouest.

Ross Eadie dit avoir été interpellé par le plan de taxation de la candidate. Janice Lukes, pour sa part, note qu'elle n'approuve pas toutes les propositions de Jenny Motkaluk, mais estime qu'elle a « la capacité d’écouter et de rassembler tous les conseillers municipaux », plus que Brian Bowman.

Janice Lukes a souvent été à couteaux tirés avec le maire sortant, qui l'a expulsée du comité exécutif, il y a deux ans.

Jeff Browaty, de Kildonan-Nord, et Jason Schreyer, d'Elmwood-Kildonan-Est, avaient déjà annoncé leur soutien à la campagne de Jenny Motkaluk.

Celle-ci est apparue vendredi lors d'un point de presse en compagnie de Marcel Boille, candidat dans Saint-Boniface, qui l'appuie également. Tous les deux promettent de travailler avec les habitants du quartier pour garder la piscine de Norwood ouverte.

Un homme, plus âgé, et une femme, tiennent un point de presse devant le mur d'entrée bleu d'une piscine extérieure à Winnipeg, par une journée ensoleillée.Marcel Boille, candidat dans Saint-Boniface, soutient Jenny Motkaluk (à gauche) dans la course à la mairie de Winnipeg. Tous les deux veulent garder la piscine de Norwood ouverte. Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Les différents candidats à la mairie, par ailleurs, ont participé à d’autres débats cette semaine, dont un organisé par Moisson Winnipeg.

Tim Diack a également annoncé qu’il souhaite abolir le comité exécutif s'il est élu maire. Une telle démarche nécessiterait des modifications aux lois provinciales.

Le vote par anticipation à Winnipeg se concluait vendredi. La Ville estime qu’environ 39 500 personnes ont voté par anticipation jusqu’ici, ce qui représente une hausse de 30 % par rapport à la proportion d’électeurs qui ont participé au scrutin anticipé lors des élections municipales de 2014.

Pour en savoir plus sur les élections municipales au Manitoba, consultez notre page spéciale.

Manitoba

Politique municipale