•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les livraisons de cannabis menacées par le rythme de la demande au Manitoba

En contre-plongée, photo d'un homme de corpulence forte qui conduit un véhicule sous un ciel bleu.
Curtis Ling, directeur de la flotte de Pineapple Express, affirme que les chauffeurs-livreurs ne savaient pas à quoi s'attendre au premier jour de la légalisation du cannabis au Canada. Photo: CBC / Gary Solilak
Radio-Canada

La popularité des commandes de cannabis à Winnipeg est telle que le service de livraison éprouve des difficultés à suivre le rythme effréné de la demande.

Pineapple Express, qui assure les livraisons de Delta 9 Cannabis, est submergé par les commandes en ligne depuis le premier jour de la légalisation.

C'est 20 fois plus élevé que ce à quoi je m’attendais.

Randy Rolph, président-directeur général et fondateur de Pineapple Express

Le Manitoba et la Saskatchewan sont les seules provinces où les ventes de cannabis en ligne ne se font pas par le biais de sites Web gérés par les provinces. Les magasins autorisés à vendre du cannabis peuvent donc aussi faire livrer leurs produits.

Assis à une table sur laquelle se trouvent deux ordinateurs portables et parmi des cartons vides, un homme regarde derrière lui, en biais, l'air amusé.Randy Rolph, président-directeur général et fondateur de Pineapple Express, annonce qu'il embauchera entre 10 et 15 chauffeurs pour suivre le rythme de la demande de cannabis. Photo : CBC / Gary Solilak

Depuis que les ventes en ligne sont devenues légales, à minuit, mercredi, la société Pineapple Express est inondée de milliers de commandes, ce qui oblige de nombreuses personnes à attendre pour recevoir leur herbe.

« Tous les médias sociaux, toutes les nouvelles, tout le monde ressent les effets de la nouvelle légalisation de la nouvelle industrie », déclare le directeur de la flotte, Curtis Ling.

C'est une période vraiment folle.

Curtis Ling, directeur de la flotte de Pineapple Express

Curtis Ling travaille dans le secteur de la livraison depuis longtemps. Livrer du cannabis, c’est comme livrer une pizza, dit-il, sauf que les mesures de sécurité sont beaucoup plus strictes, de même que les règles en matière d'identification et de vérification des adresses.

Les véhicules doivent être verrouillés à tout moment, des caméras surveillent toute personne qui s’approche des véhicules et les conducteurs restent en communication constante avec le centre de répartition.

Au premier jour de la légalisation, Delta 9 avait enregistré environ 1300 commandes en ligne.

« À l'arrière du magasin, c'est complètement fou! C'est une maison de fous organisée, nous expédions des centaines de commandes à l'arrière », indique le directeur des communications de Delta 9, Gary Symons.

« Tout au long de la journée, nous étions en retard. Il n'y avait pas assez de personnel. Nous avions une demi-douzaine de livreurs qui couraient en permanence et nous ne pouvions vraiment pas suivre le rythme », poursuit-il.

Gary Symons pense que les ventes en ligne occuperont une place importante du marché pendant un certain temps, étant donné que le nombre de magasins dans la province n'est que sept pour l’instant.

L’entreprise veut parvenir à livrer ses produits dans l’heure, mais, actuellement, les consommateurs doivent attendre entre trois et cinq heures.

« Comme le volume est incroyable, nous allons engager 10 à 15 autres chauffeurs cette semaine et la semaine prochaine », conclut Randy Rolph.

Manitoba

Drogues et stupéfiants