•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'automne musical féminin en six albums

Les couvertures d'album sont imbriquées dans une structure en nid d'abeille.
Les couvertures d'album de Catherine Durand, Safia Nolin, Angèle Dubeau & La Piéta, Salomé Leclerc, Ariane Moffat et Alexandra Stréliski Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'automne est arrivé avec une kyrielle de nouveaux albums aux multiples couleurs. Qui plus est, plusieurs sorties sont teintées au féminin. Retour sur six sorties du mois qui ont particulièrement retenu l'oreille de notre reporter culturel.

Un texte de Martin Vanasse

Alexandra Stréliski - Inscape

La pianiste trentenaire nous offre son deuxième album sous le signe de l’introspection. Un magnifique disque où elle transpose en musique ses états d'âme, avec beaucoup d’émotion et de vulnérabilité. Dans la foulée de ses comparses masculins, Chilly Gonzales et Jean-Michel Blais, ses pièces bousculent, touchent et émeuvent. Simple. Accessible. Que du beau et du bon.


Catherine Durand - Vingt

L’auteure-compositrice-interprète navigue dans notre univers musical depuis déjà 20 ans. Six albums plus tard, elle revisite une dizaine de chansons de son répertoire en toute simplicité. Avec des pièces aux arrangements dépouillées, et parfois même transformées, l’artiste nous surprend au détour en nous amenant ailleurs. Une magnifique façon de renouer avec celle qui fait son chemin discrètement depuis deux décennies.


Safia Nolin - Dans le noir

Sortie remarquée ce mois-ci, et soulignée sur plusieurs tribunes. Le deuxième album de chansons originales demeure dans les eaux troubles du premier. Cet opus est à l’image de sa créatrice : brut, mais pas moins attachant pour autant. Il est vrai que les chansons sont sombres et mélancoliques, mais il ne faudrait pas se laisser dissuader. Même la tristesse peut être salvatrice.


Angèle Dubeau & La Piéta - Ovation

En tournée l’année dernière pour remercier et saluer une dernière fois son public, la violoniste offre ici un album enregistré devant spectateurs à Québec. Elle puise dans les oeuvres musicales qui ont marqué les 20 premières années de La Pietà. Il en résulte un 70 minutes de pur bonheur et de grâce. Impossible de ne pas être touché par la perfection de l’exécution.


Salomé Leclerc - Les choses extérieures

Quatre ans après 27 fois l’aurore, l’auteure-compositrice-interprète de grand talent nous revient enfin avec du nouveau matériel. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on l’a espérée et attendue longtemps. Elle charme toujours autant, avec cette voix légèrement éraillée, et on renoue avec bonheur avec les atmosphères sonores de ce nouvel album qu’elle a écrit, composé et réalisé. En véritable femme-orchestre, elle se permet même de jouer de la batterie, du piano et de la basse, en plus de la guitare. Avec la voix bien au-devant, elle est en parfaite maîtrise et offre une solide performance.


Ariane Moffat - Petites mains précieuses

Elle signe ici un sixième album empreint de fragilité et d’intimité. Conçu après la naissance de son troisième enfant, le disque aborde plusieurs thèmes à fleur de peau. Près de ses émotions, Ariane Moffat se présente à nous sans filtre, comme une nouvelle venue avec toute sa spontanéité et ses imperfections. Avec son ambiance soul et disco, l’album, résolument mature, est marqué par toute l’expérience et tout le talent de l’artiste. Une réussite à plusieurs niveaux, spécialement en ce qui a trait à ses mélodies.

Deux coups de coeur

Je serais bien embêté devant tant de choix de qualité, si on me demandait de choisir ou de recommander un album en particulier. Mon coeur balance toutefois surtout entre le disque d’Alexandra Stréliski et celui de Salomé Leclerc, qui risquent de m’accompagner souvent cet automne.

Ottawa-Gatineau

Musique