•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mohamed Fahmy est bouleversé par l’histoire de son ami Jamal Khashoggi

Une affiche du journaliste Jamal Khashoggi.

Jamal Khashoggi s'est parfois montré critique à l'égard du régime monarchique de son pays d’origine, l'Arabie saoudite.

Photo : AFP/Getty Images / OZAN KOSE

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le journaliste canadien Mohamed Fahmy se dit bouleversé par les histoires entourant la disparition de son ami Jamal Khashoggi, présumé mort.

Selon des autorités turques, le journaliste saoudien a été torturé et assassiné après s’être rendu au consulat de l’Arabie saoudite à Istanbul. Il s’est parfois montré très critique à l'égard du régime monarchique de son pays d’origine.

« Je n’y crois toujours pas, je n’y crois toujours pas », lance Mohamed Fahmy, qui enseigne à l’Université de la Colombie-Britannique.

Nous, les journalistes ou les personnes qui avons des visions différentes, nous ne sommes jamais en sécurité.

Mohammed Fahmy, enseignant à l'UBC

Il soutient avoir rencontré Jamal Khashoggi il y a environ 10 ans au moment où ce dernier écrivait un livre et travaillait à la mise en place d’un réseau de télévision en arabe à Bahreïn. Le journaliste canadien avoue qu’il avait des opinions différentes de celles de son confrère saoudien. « Nous avons eu un désaccord politique, ce qui est sain dans le contexte turbulent du Moyen-Orient. J’étais critique face aux Frères musulmans et il ne l’était pas », explique-t-il.

Plus tard, le printemps arabe a éclaté. Mohamed Fahmy a été arrêté et emprisonné relativement à des accusations de terrorisme. Une fois acquitté, ce n’est qu’à sa sortie de prison qu’il a pu parler de nouveau à Jamal Khashoggi.

Il espère que la lumière sera faite sur ce qui s’est réellement passé et veut que les preuves, si elles existent, soient révélées au grand jour.

Avec des informations d'Yvette Brend, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !