•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Legault est « confiant » d'annoncer des baisses d'impôt avant Noël

Le reportage de Véronique Prince

Voulant remettre de l'argent dans les poches des Québécois, tel qu'il l'a clamé tout au long de sa campagne électorale, François Legault s'est dit « confiant » de réaliser des annonces sur des « baisses fiscales » avant Noël. Afin d'y parvenir, les travaux à l'Assemblée nationale reprendront dès le 27 novembre, pour une durée de deux semaines.

Un texte de Romain Schué, correspondant parlementaire à Québec

« J’ai mandaté le ministre des Finances [Éric Girard] pour regarder ce qu’on est capable de faire avant Noël », a affirmé François Legault vendredi, au cours de sa première conférence de presse à titre de 32e premier ministre de Québec.

Son gouvernement, a-t-il promis, va déposer plusieurs projets de loi d'ici la fin de l'année. La date d'application de ces « baisses fiscales » sera dévoilée dans « les prochaines semaines », a-t-il précisé, sans dévoiler le moindre détail sur ces futures mesures.

Une interdiction des signes religieux « rapidement »

Au lendemain de l'annonce de la composition, paritaire, de son Conseil des ministres, François Legault s'était cependant montré prudent quant aux dates de mise en œuvre de plusieurs promesses faites au cours de la dernière campagne électorale, tout en précisant néanmoins qu'il ne reculerait pas.

Le premier ministre n'a pas voulu s'engager à mettre en place, dans les 100 premiers jours de son mandat, un projet de loi visant à hausser l'âge minimum pour consommer du cannabis à 21 ans, contre 18 ans actuellement. Ce sera « le plus tôt possible », a-t-il répondu, en disant vouloir « la collaboration des oppositions » sur cette promesse faite par la CAQ durant la dernière campagne électorale.

Il n'a pas non plus avancé un délai pour le dépôt d'un projet de loi sur l'interdiction du port des signes religieux pour les juges, les gardiens de prison, les policiers et les enseignants. Avant d'être nommé ministre de l'Immigration, responsable des dossiers de laïcité, Simon Jolin-Barrette avait évoqué l'écriture d'un texte d'ici la fin de l'année.

« On veut régler [ce dossier] rapidement », a mentionné François Legault, en affirmant ne pas avoir « changé d'idée » sur la question des enseignants. Il a néanmoins promis de « consulter » les autres partis pour « voir s'il y a des consensus [qui peuvent être dégagés] ».

Je continue de penser que les enseignants, auprès des enfants, sont en position d’autorité.

François Legault, premier ministre du Québec

Le crucifix, en revanche, situé au-dessus du siège du président de l'Assemblée nationale, dans le Salon bleu, ne bougera pas. « Notre position est claire, on le garde », a-t-il déclaré, parlant une nouvelle fois d'un « objet patrimonial important ».

Réduction des seuils d'immigration en 2019

Une réduction des seuils d'immigration sera cependant appliquée dès 2019, a dit le successeur de Philippe Couillard.

« J’en ai déjà parlé avec M. Trudeau, a-t-il expliqué. M. Trudeau m’a signifié qu’il va mettre en contact ses fonctionnaires avec nos fonctionnaires », dans le but de discuter de la mise en place des tests de français et de valeurs, tout comme du certificat temporaire que le chef de la CAQ veut remettre aux nouveaux arrivants.

Les chiffres ne changent pas, a ajouté François Legault, en évoquant l'arrivée de 40 000 immigrants en 2019, contre plus de 52 000 en 2017. Il n'y aura pas de réduction par étapes, a-t-il repris.

Ce dernier a également réitéré sa volonté de réformer le mode de scrutin « dans la première année » de son mandat. Aucun référendum ne sera organisé, a-t-il rappelé, jugeant « suffisant » d'avoir déjà l'appui du Parti québécois et de Québec solidaire, avec lesquels il s'était engagé, avant les élections, à revoir ce système.

« On n'a pas assez parlé » d'environnement

« C'est vrai qu'on n'en a pas assez parlé à la CAQ » durant la campagne, a admis François Legault, assurant avoir « bien pris acte » des commentaires des citoyens à cet effet.

Alors que la nomination de la femme d'affaires MarieChantal Chassé à titre de ministre de l'Environnement, qui n'a aucune expérience dans ce domaine, a surpris, le premier ministre a assuré qu'il fera « des gestes » concrets avec cette ministre, « une ingénieure », qu'il juge « brillante ».

Quels gestes? « Donnez-moi un petit peu de temps, on a plusieurs idées qu’on a déjà débattues, on va choisir, on va évaluer », a-t-il répondu, tout en promettant de « resserrer la gestion » du Fonds vert dans le but d'optimiser l'utilisation de ces sommes « pour les projets qui vont permettre de réduire les gaz à effet de serre le plus possible ».

Et si la nouvelle ministre de 51 ans, qui a battu le libéral Pierre Moreau dans Châteauguay, a révélé l'an passé rêver d'un jet privé, ce n'est pas contradictoire avec la défense de l'environnement, a jugé François Legault. « C'était plus pour montrer ses ambitions. On aime ça, les gens qui ont de l'ambition », a-t-il dit en souriant.

Un nouveau programme d'aide aux sinistrés

François Legault a également annoncé la création prochaine d'un programme d'aide aux sinistrés des catastrophes naturelles. « Malheureusement, je ne suis pas satisfait de la façon dont on a travaillé jusqu’à présent », a-t-il clamé, en faisant référence au traitement de la tornade qui a frappé l'Outaouais dans la nuit du 21 au 22 septembre.

Au lendemain de ce drame, François Legault s'était rendu sur place, à l'instar des autres chefs, pour rencontrer des victimes et le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. Il avait alors fait part de sa volonté d'améliorer les programmes d'aide.

Selon le chef caquiste, il est impossible pour les sinistrés de connaître les détails des remboursements à venir. Par ailleurs, a-t-il ajouté, des victimes des inondations du printemps 2017 recevront des versements à la fin de l'année 2019. « On peut imaginer le stress des personnes qui ont été sinistrées, a-t-il affirmé. Pour moi, c'est inacceptable. »

Le but, c’est vraiment d’enlever de la bureaucratie, de réduire les délais, d’être au moins capable de dire aux sinistrés : "Voici le cadre, voici le pourcentage de vos pertes qui vont être remboursées."

François Legault, premier ministre du Québec

Dans « les prochaines semaines », « un nouveau programme » qui « va donner des réponses beaucoup plus rapidement » sera annoncé. Connaître par exemple le pourcentage des remboursements « peut rassurer » et « enlever du stress », a mentionné François Legault, en assurant que, « dans certains cas », les sommes seront bonifiées.

Les demandes de pièces justificatives, qui peuvent disparaître durant un sinistre, pourraient aussi être revues. Il faut qu'on soit « plus compréhensif », a-t-il souligné.

Politique