•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vacances Sinorama officiellement en faillite

Les explications de Catherine Kovacs

Le voyagiste Vacances Sinorama, aux prises avec d'importantes difficultés financières, a officiellement déclaré faillite le 12 octobre dernier, quelques semaines après la suspension de son permis au Québec et en Ontario.

Selon les documents déposés au Registre des dossiers de faillite et d’insolvabilité, l’agence de voyages spécialisée dans les destinations asiatiques devait plus de 13,5 millions de dollars pour un actif déclaré de 785 000 $.

Vacances Sinorama était notamment reconnue pour offrir des voyages en Chine à des prix très compétitifs.

L’entreprise avait été placée sous tutelle par l’Office de protection du consommateur (OPC) le 24 juillet dernier en raison d'un manque à gagner de 11 millions de dollars dans ses coffres.

L’Office avait également nommé la firme PricewaterhouseCoopers (PWC) LLP administrateur temporaire de l'agence de voyages afin qu'elle veille à la protection des clients de Sinorama.

Le 7 août, constatant l’incapacité de Vacances Sinorama à respecter ses obligations financières, l’OPC a retiré le permis d’exploitation du voyagiste.

Six jours plus tard, le 13 août, l’agence de voyages basée à Markham a fermé ses portes en Ontario après 13 années d’activité dans cette province, flouant au passage de nombreux clients qui avaient acheté ou réservé des voyages.

L’agence vendait par ailleurs environ 15 000 voyages par année au Québec, selon PricewaterhouseCoopers LLP.

Des clients attendent toujours un remboursement

Nancy Carignan.Nancy Carignan Photo : Radio-Canada

Nancy Carignan est parmi les voyageurs qui ont agi vite. Dès qu’elle a appris les problèmes du voyagiste le 6 août, elle a fait sa demande de remboursement le lendemain.

Elle attend toujours.

Elle explique que son paiement de plus de 4000 $ avait été fait en totalité pour son voyage en Chine prévu le 2 novembre.

Quand on appelle pour avoir des informations, les gens ont l’air complètement dans la lune.

Nancy Carignan

Selon l'administrateur Christian Bourque, les voyageurs lésés devraient être remboursés 60 jours après avoir fait leur demande. Il reconnaît toutefois qu'il a eu quelques difficultés au début.

Les infos dans ce dossier-là, dans bien des cas, étaient en chinois. Ce n’est pas une blague, c’est une réalité. Donc, il fallait les traduire, les rendre disponibles.

Christian Bourque, associé et administrateur provisoire pour Sinorama chez PWC

M. Bourque explique également le retard par la difficulté de certains clients lésés à remplir correctement le formulaire de réclamation. Il indique la section 4, qui semble compliquer la démarche des clients : il leur est demandé de fournir des documents et des preuves de paiement.

Christian Bourque, associé et administrateur provisoire pour Sinorama chez PWC.Christian Bourque, associé et administrateur provisoire pour Sinorama chez PWC Photo : Radio-Canada

Les voyageurs doivent aussi préciser qu'ils n'ont pas déjà été remboursés par l’émetteur de leur carte de crédit. Si c’est le cas, « ils doivent l'indiquer et s'engager à rembourser », ajoute M. Bourque.

Se voulant rassurant, Christian Bourque affirme que les fonds sont là et que tous les clients devraient être indemnisés d'ici le début de l'année prochaine.

Avec les informations de Catherine Kovacs

Voyage

Économie