•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation contre la directive du gouvernement Ford sur la liberté d'expression

Des manifestants qui tiennent des enseignes
Les manifestants accusent le gouvernement de vouloir limiter leur liberté d'expression. Photo: Radio-Canada / Mathieu Simard
Radio-Canada

Une cinquantaine de personnes ont manifesté jeudi au campus de l'Université Ryerson à Toronto contre ce qu'ils qualifient de tentative de musellement de la part du premier ministre Doug Ford.

Le gouvernement conservateur ontarien veut limiter les manifestations qui ont lieu lorsque des personnalités controversées, souvent associées à des mouvements extrémistes, sont invitées sur les campus universitaires et collégiaux.

Un décret ministériel accorde aux universités et collèges ontariens jusqu'au 1er janvier pour adopter une nouvelle politique sur la liberté d'expression. Le gouvernement menace de réduire le financement de ceux qui ne le feront pas.

Il estime que les institutions d'enseignement supérieur ne doivent pas tenter de protéger les étudiants contre des idées ou des opinions controversées ou offensantes ni entraver ou empêcher la liberté d'expression d'autrui.

Les manifestants considèrent que cette directive est une attaque à la liberté d'expression.

C'est hypocrite, soutient l'étudiante Sinthuja Kumarasy, parce que cela nous enlève le droit de manifester, ce qui fait partie de la liberté d'expression.

La présidente de l'Union des associations des professeurs des universités de l'Ontario, Gyllian Phillips, estime que ce sont les étudiants qui seront pénalisés si le gouvernement réduit le financement d'une université.

L'Université York promet de se conformer à la directive d'ici la date limite. Dans une déclaration écrite, la direction précise que l'honnêteté intellectuelle, la liberté d'expression, le droit à l'égalité et à la dignité demeurent des valeurs fondamentales de l'institution.

De son côté, la vice-présidente de l'Université de Toronto, la professeure Cheryl Regehr, rappelle que les débats sur une vaste gamme d'idées et de croyances font partie de la tradition de l'université. Elle ajoute que le droit à la liberté d'expression, à l'indépendance académique et de la recherche est inscrit dans la mission de l'institution.

D'après les informations de Mathieu Simard

Politique provinciale

Politique